Voici notre retour sur la séance de pegging avec des sextoys que nous avons vécus. Cela faisait longtemps que je n’avais pas écrit une nouvelle expérience. L’occasion pour moi de revenir sur une expérience récente avec Lilou. C’était un Dimanche soir, le jour de prédilection pour une séance de Pegging. Pour changer un peu les choses, j’avais préparé le matériel de la séance en y ajoutant quelques accessoires qu’on n’avait pas utilisés depuis un moment.

À disposition, les menottes du kit d’entrave de lit de Sportsheets, les pinces à seins Sextrem, un sex-toy en bois, le Nobessence Linger, du lubrifiant Nexus et bien entendu, l’outil indispensable, le kit harnais et gode Tantus Curve. Ce soir, les choses étaient donc prévues à l’avance et j’avais donc pris soin de faire un lavement au préalable afin que tous se passent bien.

Début de la séance de pegging avec des sextoys

Une fois tout en place, je demande à Lilou d’enfiler son harnais afin de commencer la séance de pegging. Cependant, elle ne savait pas exactement ce qui allait se dérouler. C’est une fois son pénis temporaire en place, que je lui demande de s’allonger sur le lit pour effectuer un 69 un peu particulier. En effet, il s’agissait d’une double fellation, elle s’occupant de mon pénis, tandis que de mon coté, j’optais pour un peu de lubrifiant Give lube Raspberry Kiss à faire couler sur son gode avant de le lécher en parallèle de ses mouvements. C’était très excitant pour moi comme pour elle, de se livrer à ce petit jeu. Notamment, avant d’entamer la suite des événements.

Lilou a envie de se servir de son gode

C’est alors qu’elle me demande de me mettre à 4 pattes pour commencer à se servir de son gode. Néanmoins, elle n’avait pas vu le Linger de Nobessence, posé sur l’étagère à sex-toy qui n’attendait que d’être saisi. Je lui indique donc mon envie de l’essayer, en lui précisant d’utiliser le lubrifiant posait à côté, le lubrifiant Nexus Slide. C’est donc une fois en main, qu’elle fait glisser le Linger, enduit de lubrifiant au niveau de mon anus, au début, très lentement pour faire entrer la première bille, puis peu à peu, la seconde et la troisième, avant d’entrer en contact avec ma prostate.

Un sextoy en bois dans les fesses

L’insertion fut tellement évidente que ce fut un plaisir de l’accepter en moi. Sa pression quasi constante sur ma prostate me procurait beaucoup de stimulation, de vives sensations délicieuses se faisaient ressentir, avant qu’elle ne commence à jouer avec l’insertion et le retrait du Linger. À chaque passage des boules, mon anus s’ouvrait et se refermait, laissant en moi, un déluge de sensation qui augmentait fortement mon excitation et la sienne aussi, à la vue de cet objet qu’elle contrôlait.

C’est le moment de poursuivre la séance pegging

C’est une fois bien excité, elle comme moi, qu’elle décide de se séparer du Linger pour attraper son pénis d’un soir et me le présenter à mon arrière-train. Ce ne fut pas long avant de sentir le gland entier du gode entrait en moi, puis les va-et-vient si agréable.

Le Linger avait fait du bon travail, la dilatation était suffisante pour ne sentir aucun désagrément ou inconfort. Mais assez rapidement, elle me demande de me retourner sur le dos, d’attraper la pince à seins et de la placer sur mes deux tétons. De son côté, elle s’occupait de me passer les menottes. Une première paire aux chevilles, l’autre aux poignets. Mais ce n’était pas tout. J’avais prévu par la suite, d’attacher les menottes placées aux chevilles avec celles placées sur mes poignets. Tout ça pour me retrouver complètement prisonnier.

Je me retrouve attaché

C’est alors que je me retrouve en missionnaire, attaché par les pieds et les mains. Mes jambes et cuisses bien relevées afin de lui offrir entièrement mon anus dans une vision très excitante pour elle. Elle enfonce de nouveau le gode. Elle va jusqu’à me relever au maximum les cuisses pour me pénétrer complètement, entièrement. Lilou prenait ainsi plaisir, de mon coté comme du sien, tandis qu’elle venait de retirer la pince à seins pour me lécher le téton meurtri.

Puis je suis détaché

C’est quelques minutes plus tard, qu’elle me détache de mes liens. Ceci afin de me mettre au-dessus d’elle en Amazone, pour profiter d’une nouvelle pénétration profonde. Pendant que je prenais plaisir ainsi, elle rattache à nouveau la pince à seins sur mes tétons. Puis elle s’amuse à tirer dessus au gré de mes mouvements de va-et-vient. Dans cette position, j’ai l’occasion de me masturber en même temps, augmentant de nouveau mon plaisir. Après une dizaine de minutes, je me relève complètement du lit et l’invite d’un signe de la main à me suivre pour rejoindre le salon.

La séance de pegging continue dans le salon

Je lui ordonne de me prendre là, sur le canapé, en levrette pour continuer notre séance de pegging. Elle n’hésite pas à enfoncer son gode d’un coup en moi, dès que je fus en place. Une jambe à mi-hauteur, son pied en appuie sur le rebord du canapé. Proche de l’orgasme d’un côté comme de l’autre, on repars direction la chambre. Notamment après lui avoir demandé de choisir l’endroit dans lequel elle souhaitait me prendre. Mais aussi pour lequel, elle serait le plus à l’aise pour terminer la séance en me défonçant.

Orgasme et éjaculation

À présent à 4 pattes, les fesses bien relevées, la pince à seins de nouveau en place, elle est libre d’enfoncer son gode en moi. Au début, Lilou opte pour d’amples mouvements afin de stimuler l’ensemble de mon canal rectal. Parfois, elle enfonce complètement le gode au maximum pour stimuler ma prostate. Je lui indique, au son de mes gémissements de plus en plus fort, d’y aller fortement. De me défoncer le cul sans demi-mesure. J’exprimais alors de plus en plus, mon excitation de sentir ses mains agrippées mes fesses et de se lâcher sans réfléchir. En quelques minutes, elle n’hésite aucunement à me prendre sauvagement. J’éjacule enfin dans un puissant orgasme que j’avais du mal à contrôler.

La séance de pegging se termine pour Lilou

Une fois remis de mes émotions, je l’aperçois, le Fairy Turbo à la main, son clitoris déjà stimulé par ce dernier. Je la rejoins, alors que j’attrape d’une main, un sex-toy « prototype » en bois. Je ne suis pas autorisé à vous en dire plus à son sujet. Mais aussi, un peu de lubrifiant pour m’occuper de son cas. Le Fairy Turbo continuait de stimuler fortement son clito. En parallèle, le prototype était en train de rentrer en elle pour stimuler son point G.

L’orgasme de Lilou

Après deux minutes, elle me demande d’amplifier mes mouvements de va-et-vient. De son coté, elle avait quitté le Fairy Turbo pour terminer le travail à la main. Se masturbant frénétiquement, son clito avait bien gonflé. J’observais d’un œil, tandis que le prototype prenait soin d’appliquer une bonne pression sur son point G. Elle mouille de plus en plus. Je sens son orgasme arrivé. C’est alors qu’elle explose d’un coup dans un long gémissement.