Je me suis enfin décidée à vous expliquer (et peut-être même vous convaincre) pourquoi j’aime sodomiser mon homme. Enfin ! Car, vous êtes nombreux à me demander ce que signifie le mot « pegging » et nombreuses à me demander si une femme y prend du plaisir ! Vous imaginez bien que le sujet est très vaste, je vous parlerai ici de notre expérience puis, je vous donnerai quelques conseils car, je suis vachement sympa !

Sodomiser mon homme : notre expérience

sodomiser son homme : notre expérience

Il est important de tout contextualiser pour bien comprendre comment nous en sommes arrivés là. L’acte n’est pas anodin tant sur le plan physique que psychique. Je vais partager avec vous les étapes que nous avons franchies en solo ou à deux. Notez que je trouve que nous y sommes allé vite donc, si c’est plus long pour vous, ne vous en faites pas, nous sommes tous différents et nous prenons tous le temps dont nous avons besoin.

Sodomiser mon homme : Comment avons-nous commencé ?

Les expériences de Lilou en solo

sodomiser son homme : les expériences solo de lilou

Avant de rencontrer Mogwai, j’ai eu pas mal d’aventures… Souvent avec des mecs qui se croyaient hypers virils car étaient persuadés d’être celui qui disait « Merci, c’était sympa, on se rappelle quand ça gratte« … Classe n’est-ce pas ? J’aimais faire une petite chose fantastique qui paradoxalement les touchait dans leur virilité mais leur faisait un bien fou… Vous avez deviné? Non? Souvent à quatre pattes, la tête entre les jambes de ce plan cul, je m’adonnais à mon point fort, la fellation. Puis, je m’attardais un peu sur ses testicules et bim, un coup de langue sur le cul ! C’était mon petit jeu à moi ! Oui, l’anulingus est une pratique très appréciée quand le receveur accepte l’idée, que ce soit un homme ou une femme.

Les expériences de Mogwai en solo

sodomiser son homme : expériences solo de Mogwai

Bon, ici, je parle à sa place mais voici ce dont j’ai eu vent. Ce fantasme de domination et de pénétration par une femme n’était pas naissant. En effet, il aimait jouer avec des godes et était même allé plus loin. Il avait acheté un harnais pour l’utiliser avec une précédente conquête. Bien que l’expérience à deux fût douloureuse pour ne pas dire chaotique, le fantasme restait ancré dans la tête de Mogwai, et ses envies se faisaient de plus en plus intenses. Il s’agissait du gode-ceinture Fetish Fantasy de Pipedream.

Nos débuts anales avec Mogwai

sodomiser son homme : nos débuts dans l'anal

Revenons sur notre histoire d’anulingus… Mogwai n’a donc pas dérogé à la règle… Loin d’être un simple plan cul, je voulais absolument faire découvrir à mon nouvel amant les joies de l’anulingus. De nature très ouverte, il s’est laissé lécher, en prenant beaucoup de plaisir. Maintenant que je relis ça je me dis « tu m’étonnes« … Il fantasmait à fond là-dessus et moi naïve et innocente je pensais être transgressive dans cet acte. C’est très marrant de repenser à tout cela avec du recul…

Une fascination présente

Je dois également préciser que j’ai une certaine fascination pour l’insertion d’objet sexuel dans un anus masculin ! Sodomiser un homme reste très taboue, n’en parlons même pas dans une relation hétéro ! Je dois admettre que j’avais ce fantasme au fond de moi, celui d’inverser les rôles… Même si je ne l’acceptais pas, je me souviens que j’y pensais souvent sans trop croire que cela aller arriver un jour. Pourtant ce jour est arrivé ! Braver cette barrière, lui faire découvrir des choses nouvelles, déplacer les limites, déplacer les montagnes… Voilà ce que je voulais avec lui.

Pourquoi j’aime sodomiser mon homme : La première fois

Les prémices d’une sodomie

sodomiser son homme : prémices d'une sodomie

En fait Mogwai m’avait déjà « avoué » son penchant pour ce plaisir et ces expériences. Je dis avouer volontairement car, nous en étions au début de notre relation, 2 mois… Je le revois me dire toutes ces choses, et c’est très paradoxal. Il avait à la fois honte et à la fois envie, envie de réessayer, envie d’être compris. De plus en plus à l’aise avec moi, il m’explique qu’il a un harnais chez lui, des godes et qu’il aime « s’amuser avec des godes » sous la douche. J’ai mis un temps certain à comprendre ce qu’il entendait par « s’amuser avec des godes« … Bref, je le mets en confiance, voir trop.

Un premier passage à l’acte soft

sodomiser son homme : premier passage à l'acte

Mogwai était déjà équipé de quelques jouets dont un plug (le plug Porte Secrète Large), qu’un jour, il a amené dans sa besace. Il était donc prêt à m’ouvrir un peu plus son cul. Le voici donc à quatre pattes, s’offrant davantage à moi, quel régal pour les yeux! C’est ainsi que je me suis amusée à faire glisser ma langue sur cette fente accueillante, j’alternai entre ma langue et le plug. De fil en aiguilles, celui-ci était totalement inséré et Mogwai s’est laissé aller (accompagné d’une intense masturbation) dans un orgasme d’un tout nouveau genre ! Nous avons continué ainsi, langue, plug, doigts. Cette expérience l’a beaucoup rassurée et nous a mis en confiance tout les deux par rapport au pegging qui pour nous était un acte transgressif, grave et complexe.

La première sodomie

sodomiser son homme : la première sodomie

Après cette expérience réussie, il décidé (seul) de passer à la vitesse supérieure… Il se pointe chez moi, la bouche en cœur avec le harnais et le gode dans son sac… « Il est là, il est beau et il m’a ramené un putain de gode ceinture… Je savais qu’il en avait un mais pourquoi l’a t’il ramené? Oui j’aime insérer des choses dans son cul mais pourquoi il a ramené ce putain de truc ?« 

Voilà à quelques nuances prêtes ce qu’il s’est passé dans ma tête à ce moment là ! J’aime découvrir des choses et parfois il faut me brusquer un peu, il n’aurait pas pu mieux faire ! C’est ainsi que je me retrouve tiraillée entre le « j’ai envie de lui faire plaisir, d’avoir une relation qui évolue de cette manière » et « pourquoi il m’a ramené ce putain de gode ceinture« … Je ne me suis pas débinée, il est là, il s’ouvre totalement à moi, que ce soit son cul et ses envies, je ne vais pas laisser cette occasion me filer entre les doigts. Certains diront que je me suis un peu forcée, je dirai que je me suis mis un coup de pied au cul.

Retour sur cette première expérience

sodomiser son homme : retour d'expérience

Je dois admettre que je me suis sentie coincée mais, j’avais besoin de ça pour y aller franchement. Il faut parfois se laisser aller, se laisser mener sans trop se prendre la tête. Je n’ai plus les détails de cette première fois; je me souviens que nous étions tous les deux hésitants, pas hyper à l’aise et limite honteux. Cela ne fait que deux mois que nous sommes ensemble et nous faisions un truc énorme. Nous n’étions pas réellement mûrs sexuellement et cette soirée était hyper importante pour nous.

Je n’avais qu’une trouille, lui faire mal, il n’en avait qu’une, laisser des traces de merde sur le jouet. C’était nos challenges respectifs ce soir-là. Ce ne fut pas la meilleure baise de notre vie, loin de là mais, ce fut une soirée très importante, nous étions en train d’ouvrir une porte qui n’allait jamais se refermer.

Pourquoi j’aime sodomiser mon homme : Maintenant

sodomiser son homme : maintenant

Au début, nous utilisions rarement le gode ceinture, à peu près deux fois tous les trois mois. Je n’étais pas hyper à l’aise avec ça. L’impression qu’on me demandait de faire le mec ! Je me suis aperçu que Mogwai en demandait plus et c’était habitué à se prendre des godes dans les fesses, tout seul. Obligé donc, de m’atteler à la tâche, avec de l’affection pour commencer et maintenant avec beaucoup d’envie et de plaisir. J’ai appris à ne plus me demander si cela lui faisait mal, à me laisser aller et à jouir en harponnant mon ami. Je dois reconnaître que nous sommes de mieux en mieux équipés, je sais ce qui peut me faire jouir et lui sait ce qu’il veut dans son cul !

Un plaisir psychologique et physique

Le plaisir que je ressens dans le fait de sodomiser mon homme est autant physique que psychologique. Le psychologique est d’ailleurs très important, je rappelle que nous sommes dans une démarche de couple, la tête et le cœur ont toute leur place dans cet article ! Psychologiquement, je me laisse aller à de nouveaux plaisirs, à braver un interdit et à honorer Mogwai. Il est très satisfaisant pour moi de savoir que j’ai donné du plaisir, je pourrai le regarder prendre son pied sans moi, je serai aussi mouillée que s’il me léchait…

La découverte de nouveaux horizons

Dans le pegging (le fait de sodomiser un homme par une femme avec un gode-ceinture, dans les grandes lignes), j’aime à penser qu’il s’offre à moi et que je m’offre à lui. Nous nous laissons aller vers de nouveaux horizons et ça c’est jouissif! Je ne vais pas vous mentir non plus, quand je le prends, c’est moi la patronne ! J’ai encore du mal à me mettre dans ce rôle mais c’est très plaisant d’avoir l’impression de contrôler quelqu’un de cette façon !

Physiquement, le sodomiser, c’est wouhaaaa! Déjà, j’ai le privilège d’observer son cul qui est parfait! Je m’arrange pour que la base du gode vienne taper sur mon clito au rythme de mes coups de reins… Ce n’est pas ma principale source de plaisir, la principale reste le fait de voir mon homme entrer presque en transe!

Pourquoi j’aime sodomiser mon homme : Mes conseils

sodomiser son homme : mes conseils

Je dois vous avouer un truc, on me demande très souvent des conseils pour sodomiser un homme mais, dans la majorité des cas, les couples pratiquent déjà la sodomie avec madame, comme ci c’était différent ! Un cul reste un cul ! J’ai déjà fait un article sur une sodomie réussie mais, je vais reprendre ici, les grandes lignes. Sachez également qu’il existe un article sur les positions du pegging, ainsi qu’un autre pour bien débuter le pegging ! Vous avez de quoi faire !

Conseil n°1 : En parler ensemble

sodomiser son homme : en parler

Cela peut sembler con mais, ça me semble indispensable. Si Mogwai ne m’en avait pas parlé je n’aurai jamais pu le deviner. Vous ne pouvez pas attendre de votre femme qu’elle devine toutes vos envies… Une fois que vous vous êtes décidés à lui en parler, trouvez la forme ! Cet acte n’est pas anodin et certaines penseront que vous êtes un « gros dégueulasse » (là ça me semble compliqué de continuer…) d’autres, que vous avez des envies bizarres. Il faut faire très attention à la tournure de vos attentes. Là encore cela semble con mais ne lui balancer pas ça comme ça, c’est une sorte de micro bombe… Il faut y aller en douceur, expliquer clairement ses envies et attentes sans oublier d’écouter celles de madame !

Conseil n°2: Ne pas mettre la charrue avant les bœufs

sodomiser son homme : ne pas mettre la charrue avant les boeufs

Quand tout le monde est d’accord sur le principe, n’essayez pas de vous rentrer le Vixen Outlaw à sec dans le cul. Oui, ça ne se passe rarement comme ça mais vous comprenez ce que je veux dire ! Le fait d’être prêt psychologiquement ne signifie pas que vous l’êtes physiquement.

Pour commencer, je vous conseille de tester des plugs, si vous n’accrochez pas, Madame saura quoi en faire ! Commencez pas à pas et ne vous stressez pas si vous êtes fermé du cul. C’est une sorte de cercle vicieux, plus vous mettez la barre haute, plus vous vous foutez la pression et plus votre anus se resserre !

Même après 3 ans de pegging, Mogwaï a l’habitude de tester les jouets, seul, sous la douche. Et si vous ne le connaissez pas, sachez qu’il apprécie des jouets comme le Vixen Johnny ou le Vixen Outlaw… Autrement dit, qu’il aime les grosses pièces. Mais, même avec cette habitude, il aime les essayer seul dans un premier temps.

Conseil n°2 bis: Écouter sa moitié

sodomiser son homme : écouter sa moitié

Selon moi, sodomiser un homme ou une femme, c’est la même chose à un détail près, les femmes ne sentent pas physiquement le gode qu’elles manient. Quand un homme prend sa femme, il sent si c’est serré, sec ou encore quand il tape au fond. Pour une nana avec un gode en silicone, c’est bien plus compliqué. C’est pour cette raison qu’il ne faut pas hésiter à dire quand ça ne va pas, quand ça va et surtout à demander si tout va. Vous voyez ce que je veux dire ?

Ce que j’aime faire, c’est rentrer le gland du gode dans les fesses de Monsieur et le laisser le happer. Cela permet tout d’abord à monsieur de mesurer la vitesse et de se dilater correctement et SURTOUT cela me permet d’avoir un beau spectacle ! C’est très beau de voir un cul se dandiner pour manger entièrement un gode !

Tout ça pour dire qu’il ne faut pas hésiter à dire quand ça fait mal, quand il n’y a pas assez de lubrifiant ou quand madame va trop loin. Et à l’inverse, quand vous prenez votre pied, montrez votre plaisir, cela l’incitera à continuer.

Conseil n°3: Bien s’équiper

sodomiser son homme : bien s'équiper

Je ne vais pas m’attarder là-dessus car, nous en parlons un peu tous les jours sur le site mais, notez qu’il y a trois grands indispensables : lubrifiant, harnais et gode ! Ici, il s’agit juste d’un récapitulatif. Pour en apprendre davantage, je vous invite à lire notre guide pegging !

Le lubrifiant

Je commence par là car, c’est le plus important pour moi. Vous aurez beau être équipé du meilleur matos, si vous avez un lubrifiant de merde, ça ne sert à rien. Partez du principe qu’il vous faut un lube à base d’eau car, ils sont compatibles avec les godes en silicone. Il en existe quelques-uns de très bonne qualité: les Sliquid (Sliquid H2O ou Sliquid Sassy) et le Pjur Back Door Aqua. Notez cependant que les lubrifiants à base d’eau ont tendance à s’évaporer, n’hésitez pas à en remettre régulièrement. Notre page en avis de lubrifiant pourra également vous aider à trouver votre bonheur.

Le harnais

Il en existe de très nombreux et à tous les prix. Celui qui m’a réellement « décoincé » est le Tomboï de SpareParts, pas le plus sexy certes mais, il m’a convaincu de l’intérêt des harnais couvrants. Ainsi je suis plus libre dans mes mouvements et je ne suis pas gênée par des sangles trop serrées ou qui pendent.

Le gode

Bon alors là, on pourrait y consacrer 15 articles mais notez qu’il en existe des milliers… Définissez ce que vous aimez, long, court, souple, dur, gros, fin, réaliste, coloré, texturé… Posez-vous quelques questions avant de foncer dans la jungle des godes. Pour nous, on adore les Vixen, ils sont réalistes, très doux, assez flexibles et de toutes les tailles. Dans tous les cas, notre site propose de très nombreux tests, utilisez cette base de données formidable et n’hésitez pas à nous contacter si vous avez besoin de conseils!

Conclusion sur le fait de sodomiser mon homme

sodomiser son homme : conclusion

Le Pegging n’est pas un acte anodin, j’ai essayé de vous retranscrire au mieux notre expérience avec nos doutes et nos peurs. N’oubliez pas non plus que ce n’est pas grave… Posez-vous les bonnes questions sans trop vous prendre la tête, la vie est courte, laissez-vous aller !

Pourquoi j'aime sodomiser mon homme
  • La note des lecteurs

  • Noté 4.1 stars
    4.1 / 5 (72 )
  • Votre note