Après avoir expliqué le fonctionnement de la prostate et le plaisir prostatique, je vais vous parler de la stimulation prostatique et l’orgasme qui en découle. Toujours par rapport à mes propres connaissances et mes vieux brouillons de ma découverte. J’ai donc décidé d’essayer de vous parler de ce vaste sujet qui n’est pas évidemment à décrire. Pour certains hommes, jouez avec les sensations de leur prostate peut amener du plaisir pour la première fois alors que d’autres ne sentiront aucun plaisir immédiat dès le premier essai.

Pourquoi la stimulation prostatique n’amène pas de plaisir ?

stimulation prostatique : je n'ai pas de plaisir

Il y a plusieurs possibilités sur ce point. La prostate peut être tendue lors de vos premières expériences. Et pour ceux qui découvrent la pénétration anale en même temps, la situation peut être inconfortable. Cette sensation décroît avec la pratique car la prostate et l’anus s’accommode au fil du temps à cette nouvelle sensation. Il se peut même que le plaisir survienne parfois après plus d’une dizaine d’essai.

Pour ceux qui testeront de jouer avec leur prostate, la pression sur cette zone qui ne vous est pas familière peut vous sembler étrange. La zone peut vous paraître insensible ou vous provoquer quelques picotements. D’ailleurs, il y a de fortes chances que lors de vos premiers essais, la sensation d’uriner augmente avec la stimulation de la prostate. Plus vous aurez l’habitude de stimuler votre prostate, plus cette sensation d’avoir envie d’uriner sera remplacer par la sensation de plaisir.

La stimulation prostatique et les sensations

Stimulation prostatique - sensations

C’est véritablement une sensation unique, mais au début, il peut être difficile de sentir les différences de plaisir lorsqu’on stimule la prostate et le pénis. Il est évident que la sensation que l’on ressent en touchant son pénis et celle ressentie lorsqu’on touche sa prostate est bien différente.

Pour vous donner mon avis à ce sujet, les sensations de la stimulation du pénis sont plutôt concentrées, localisées et spécifique à une zone précise, le gland du pénis principalement, un élément externe. En comparaison, les sensations de la stimulation de la prostate tendent à être peu intenses au début, diffuses et moins aiguisées, mais offre une couverture plus importante de sensations internes, affectant les autres parties génitales et le corps entier parfois.

La stimulation prostatique et l’orgasme

stimulation prostatique : l'orgasme

Évidemment, si je vous parle de cela, c’est que la stimulation prostatique peut déclencher un orgasme. Si certains hommes peuvent obtenir un orgasme dès qu’il touche leur prostate, pour ma part, je suis loin de réagir ainsi (et en même temps, jouir dès la première pression, çà me paraît exceptionnel). Il semblerait que cette situation arrive plus fréquemment à ceux qui débutent dans la stimulation prostatique. De mon coté, ce ne fut pas le cas, puisque j’ai dû attendre plusieurs séances, une bonne dizaine, avant d’expérimenter un orgasme issu de la stimulation de ma prostate et pas forcément un gros.

Orgasme éjaculatoire et non-éjaculatoire

stimulation prostatique : éjaculation

La stimulation prostatique peut déclencher un orgasme éjaculatoire avec ou sans stimulations simultanées du pénis, mais il arrive plus fréquemment lorsque les deux zones sont stimulées en même temps. C’est d’ailleurs mon cas. Mais il est également possible d’obtenir des orgasmes non éjaculatoires (ce que j’ai réussi à obtenir à de très rares occasions) que je tenterai de vous expliquer par rapport à mon expérience.

À ce que j’ai pu lire, l’orgasme non éjaculatoire de la prostate (sans stimulation du pénis) est connu sous le terme anglais « Milking the prostate » du fait que sa stimulation entraîne la production de fluide prostatique qui s’échappe par le pénis, de quelques gouttes à un flux plus important, sans pour autant éjaculer.

L’orgasme difficile à obtenir

stimulation prostatique : l'orgasme difficile

Concrètement, c’est pour moi très rare d’obtenir une telle réaction. Il est vrai que quelques gouttes perlent au niveau de mon pénis pendant un massage prostatique, mais je n’ai eu qu’à une seule reprise, ce flux plus important. De plus, je n’ai pas encore réussi à reproduire cette situation à la demande. Il semblerait que de nombreuses conditions soient nécessaires pour y parvenir. De même la stimulation de la prostate peut amener un orgasme dans le corps entier. Chose que je n’ai pas encore vécue complètement, en tout cas de mon point de vue. Mais j’ai obtenu à un moment donné, une sorte de double éjaculation, que j’ai pu exprimer dans une de mes expériences.

Une éjaculation plus puissante

stimulation prostatique : l'orgasme plus puissant

Il faut également savoir que l’éjaculation durant la stimulation prostatique est bien plus puissante et explosive qu’un simple orgasme. On obtient de plus fortes contractions et l’éjaculation dure un peu plus longtemps et en plus grande quantité. Mais il s’agit plus d’une éjaculation qui laisse « couler le sperme » plutôt qu’il l’expulse comme pour une éjaculation classique.

J’ai également remarqué qu’il est plus facile de maîtriser un orgasme lorsqu’on stimule uniquement la prostate, que lorsqu’on stimule également le pénis. Cependant, la stimulation des deux simultanément en prenant soin de stimuler judicieusement le pénis facilite l’orgasme rapide. Mais j’ai tenté de résister à cette envie d’éjaculer dans l’optique d’apprendre à maîtriser cette sensation pré-orgasmique. De ce fait, la durée de la grande sensation de plaisir que j’obtiens par la stimulation prostatique me semble plus longue et l’orgasme encore plus intense.

La stimulation prostatique et les types d’orgasmes

stimulation prostatique : les types d'orgasmes

Ce que j’ai appris, c’est que le modèle d’excitation que l’on effectue en stimulant son pénis n’est pas le même que pour la stimulation de la prostate. En effet, la stimulation du pénis construit l’orgasme éjaculatoire. On ressent très peu de temps le stade pré-orgasmique. Puis on arrive au point de non-retour, avant d’éjaculer et d’entrer dans la période de réfraction. Période durant laquelle le pénis n’entre plus en phase d’érection. Il ne permet plus l’éjaculation ou l’orgasme qui en découle.

Mais la stimulation prostatique peut rapidement amener la sensation pré-orgasmique, plutôt courte, mais celle-ci, avec de l’entraînement, dure bien plus longtemps. En plus de çà, la stimulation de la prostate peut amener des orgasmes multiples. L’orgasme chez l’homme n’arrive généralement au même moment que l’éjaculation ou à 1 à 2 secondes d’intervalle lorsqu’on stimule le pénis. Il est donc difficile de faire la séparation des deux.

L’orgasme sans éjaculation et l’éjaculation sans orgasme

stimulation prostatique : avec ou sans éjaculation

L’éjaculation, c’est l’émission et l’expulsion du sperme, alors que l’orgasme est la sensation du relâchement du plaisir. Vu que l’éjaculation et l’orgasme sont deux processus distincts, il est possible d’obtenir l’un, sans l’autre. Si vous voulez en faire l’expérience, il suffit simplement de vos masturber et lorsque vous arrivez au point de non-retour, arrêtez toute stimulation du pénis. Vous serez sans doute en mesure de vous rendre compte que vous aurez éjaculé sans le plaisir habituel de l’orgasme. Concrètement, ce n’est pas la meilleure des situations.

Mais l’inverse est possible. On peut tout à fait obtenir un orgasme sans éjaculer, signifiant ainsi que l’homme peut obtenir des orgasmes multiples. Comme dit précédemment, l’éjaculation amène la période de réfraction. Ce qui empêche ainsi une nouvelle éjaculation et de nouveaux orgasmes pendant un moment. Mais en apprenant à maîtriser l’orgasme sans éjaculation, vous n’aurez pas de période de réfraction. Du coup, libre à vous d’obtenir plusieurs orgasmes.

C’est une situation que j’ai réussi à obtenir une fois. En ayant eu un orgasme non éjaculatoire et un orgasme éjaculatoire par la suite. Celui-ci était un peu plus puissant que les habituels orgasmes que j’obtiens, mais c’est l’expérience prolongée de se sentir au bord de l’orgasme qui est surtout intéressante.

Le rôle de la prostate dans le plaisir anal et la stimulation prostatique

stimulation prostatique : le rôle de la prostate

Pour ma part, je dissocie deux types de plaisir anal. Celui qui provient de la stimulation de la prostate et celui de la pénétration anale, notamment à l’aide d’un gode ou d’un gode-ceinture si je suis accompagné. Pour moi, le plaisir anal, c’est avant tout la sensation d’être « rempli », de sentir mon anus s’étirer et d’être pénétré. Mais le plaisir de la stimulation prostatique n’apporte pas ces sensations. Et je dois dire que de mon coté, je suis bien plus friand de la sensation d’être pénétré que d’être stimulé.

Mais je pense que c’est également sur le plan psychologique que je préfère la pénétration anale à la stimulation prostatique. Je peux ainsi expérimenter des jeux de domination et de soumission avec ma partenaire ajoutant ainsi un plaisir également cérébral. Je deviens alors celui qui n’est plus en charge de la séance et je peux plus facilement me relaxer. D’ailleurs, j’en parle dans notre page A propos de nous, ainsi que dans quelques expériences comme celle d’une séance de pegging avec des sex-toys ou également dans mon article sur ma confession du plaisir anal.

Après, j’ai envie de dire qu’il revient à vous de trouver ce que vous préférez ! J’ai opté pour les deux avec une certaine préférence, mais quoi qu’il en soit, le plaisir anal sous toutes ses formes permet indéniablement d’obtenir une plus large variété dans le plaisir sexuel.

Stimulation prostatique, expérience et conseils

stimulation prostatique : les conseils

D’une part, il ne faut pas avoir d’attente concernant la stimulation prostatique et le plaisir qu’on peut en retirer. En lisant des articles sur le net ou les miens, sans arriver à obtenir les mêmes résultats, la frustration arrive. La déception également et souvent l’abandon complet de ce type de plaisir. On peut également lire sur les forums, « le masseur prostatique, ce n’est pas fait pour moi, j’y arrive pas, c’est du bullshit les Aneros« . Bref, il faut persévérer. C’est la seule chose que je peux vous dire. D’ailleurs, si vous lisez ma première expérience de l’Aneros Helix et la seconde expérience, vous vous rendrez compte que je n’ai pas eu d’orgasmes prostatiques.

Un plaisir plus difficile à apprivoiser

stimulation prostatique : un plaisir plus difficile

D’autre part, je vous l’ai dit également, prendre du plaisir avec la prostate est bien plus difficile que de prendre du plaisir avec son pénis. Concentrez-vous sur ce qui se passe en vous plutôt que de ce qui se passera en vous. Il y a également des bons jours, des moins bons jours, comme il y a des séances de massage prostatiques bonnes et moins bonnes.

Il faut aussi apprendre à recevoir. L’homme est censé prendre les choses en main dans un couple selon la société et toutes sortes de conneries, pour le coup, faites l’inverse. L’homme est soi-disant celui-ci qui donne l’orgasme, apprenez à le recevoir.

Et l’excitation dans tout ça ?

stimulation prostatique : l'excitation

Un mot également sur l’excitation. On peut entendre qu’il ne faut pas toucher son pénis pendant un massage prostatique, mais il faut en même temps resté excité pour prendre plaisir au massage. Faites comme bon vous semble je vous dirai. Essayez, changer, d’un jour à l’autre, mais n’oubliez pas le reste de votre corps. Le but d’un premier essai est de trouver du plaisir par la stimulation prostatique. Logiquement, on est censé faire du rewiring, consistant à changer la sensation de plaisir. C’est faire comprendre à votre cerveau que la stimulation prostatique vous amène du plaisir. Si le pénis est masturbé en même temps, le plaisir se recentre sur le pénis. Mais pour ne pas frustrer les premiers utilisateurs, se masturber tout en effectuant une stimulation prostatique n’est pas un mal.

Des conseils ?

stimulation prostatique : autres conseils

Quelques conseils : pas trop de masturbation, faites des poses en ne touchant plus votre pénis, prenez votre temps. Vous n’avez pas à obtenir un orgasme en 5 minutes comme pour la masturbation. Allez-y doucement, subtilement, la prostate n’est pas un pénis. Plus vous serez habitué, plus vous pourrez y aller fortement. Ne pas sur-stimuler votre prostate, ça peut être désagréable au final et même l’anesthésier.

Faut-il se masturber en même temps ?

stimulation prostatique : masturbation ou pas ?

Se masturbez ou ne pas se masturber ? Pour ma part, j’ai essayé les deux. Et je prends plus de plaisir en me masturbant en même temps, car la séance dure moins longtemps qu’une séance de massage prostatique pur et dur. Si je peux me faire pénétrer l’anus et y prendre beaucoup de plaisir sans me masturber en même temps, c’est plus difficile lorsque j’effectue un massage prostatique. Il faut donc jouer sur les niveaux de plaisir avant de passer à de la stimulation prostatique seule.

Pour moi, il est préférable de se masturber en même temps lorsqu’on commence. Puis peu à peu, apprendre à s’en passer. C’est ce que j’ai pu remarquer pour ne pas baisser les bras et continuer sa propre découverte de la stimulation prostatique et ses plaisirs. Après, faites comme vous le sentez, l’expérience personnelle vaut plus que tous les conseils que je pourrai vous donner.

Stimulation prostatique et orgasme prostatique
  • La note des lecteurs

  • Noté 4 stars
    4 / 5 (8 )
  • Votre note