Je vous préviens, je vais encore enfoncer des portes ouvertes avec mon sujet la sodomie et les femmes ! Celles-ci sont cependant souvent fermées chez les femmes. Oui, je vais vous parler de sodomie ! On entend souvent la même chose : « c’est sale et ça fait mal ». Eh bien oui, la sodomie peut être sale surtout si vous avez une gastro depuis 4 jours et fait mal si cela n’est pas bien préparé! Mais sachez que rien n’est insurmontable, au contraire.

La sodomie dans le porno

sodomie et les femmes : porno

Messieurs, sachez que la vie et le porno sont très différents sur de nombreux aspects et notamment en matière de sodomie! En effet, avant une séance, les actrices et acteurs se font des lavements et se préparent l’anus. C’est ainsi que sur les vidéos, l’anus est clean et bien dilaté (parfois beaucoup d’ailleurs !), et que même dans le porno, les accidents arrivent et sont coupés. Merci la magie du montage! Donc Messieurs, avant de mettre votre amante à quatre pattes, de lui écarter le cul, de se contenter d’un crachat en guise de lubrification et de commencer à la talonner : lisez mes conseils! Enfin, si vous voulez convaincre Madame de vous ouvrir ses fesses une seconde fois !

La sodomie et les femmes : L’aspect psychologique

Comme je vous le disais, la sodomie dans l’esprit des gens c’est sale. Qui n’a pas entendu « par là, tout sort, rien ne rentre » ou encore « jamais dans la boîte à caca » ! Certaines femmes peuvent être bloquées à l’idée d’un accident, ce qui d’ailleurs était mon cas. Attention, c’est la minute biologie… sachez que l’anus est une toute petite partie. En effet, quand nous avons envie d’aller à la selle (ou de faire caca pour les plus infantiles d’entre vous), les rejets naturels, sont dans le rectum, elles descendent dans l’anus à l’aide des sphincters, que nous faisons travailler lorsque nous avons envie d’évacuer.

sodomie et les femmes : l'aspect psychologique

Autrement dit, si vous n’avez pas envie d’aller aux toilettes, vos déchets restent dans une partie théoriquement inaccessible même lors d’une sodomie. De plus, si madame a très envie d’aller aux toilettes, elle ne va pas vous dire « ok vas-y, je me viderai après »… Après, ceci n’est pas une science exacte, il m’arrive de « taper » au fond dans les fesses de mon conjoint, et parfois il y a de toutes petites traces, mais je ne suis pas obligée d’y aller comme une bourrine et encore moins de me formaliser…

La sodomie et les femmes : Les lavements

Si Madame est vraiment très bloquée par rapport à ceci, il existe des moyens pour se faire soit même des lavements, vous pouvez trouver dans le commerce des poires à lavement à des prix tout à fait raisonnables qui pourront mettre votre conjointe plus en confiance. Enfin, nous ne pouvions pas nous passer de cet argument:  « quand on passe par là, on sait à quoi s’attendre !« 

Je tiens aussi à rappeler que nous sommes tous fait du même bois… On fait caca parfois, on a des gaz souvent et non, on ne pète pas des paillettes ! Je veux dire par là  que ce n’est pas grave… On a le droit d’avoir des accidents. Comme je vous le disais, si vous avez mal au ventre, que vous êtes ballonnée ou autre, vous pouvez dire « non pas ce soir ». Par contre, si vous le sentez, c’est techniquement impossible que vous vous vidiez sur le sexe de monsieur. Au pire une petite trace à la fin du rapport et encore…

sodomie et les femmes : les lavements

Pour vous donner un exemple, Mogwaï aime bien sortir son pénis, le rentrer entièrement et le faire à plusieurs reprises. Arrive ce qui doit arriver, un trop-plein d’air, comme avec les pets vaginaux. Du coup on fait quoi là ? On arrête parce qu’on est des gros dégueulasses et on se marre pendant 30 minutes ? Rien de tout ça, on n’est pas idiots et on sait que c’est normal. C’est même pas un truc qui peut arriver, c’est normal !

Ensuite, les traces… Oui ça peut arriver, je ne vais pas vous dire le contraire. On peut les éviter avec des lavements mais notez que ça fait plus d’un an que je n’ai pas fait de lavements et que tout va bien ! Le corps est bien fait, je dirai même que c’est votre allié. Ne faites pas une fixette sur des détails négatifs mais, pensez au plaisir que vous pourriez tirer de cette expérience. Déjà, c’est plus agréable et ensuite cela vous préparera un peu pour la suite des festivités.

La sodomie et les femmes : La peur d’avoir mal

sodomie et les femmes : la peur d'avoir mal

Évidemment, une sodomie « à froid », ça fait mal, même pour Katsuni (désolés messieurs). Il faut dilater l’anus de votre partenaire et ceci peut prendre du temps mais, il faut surtout qu’elle soit en confiance! Donc, n’hésitez pas à faire ça en plusieurs séances. Si elle est stressée, son petit trou le sera aussi! Il n’y a pas de remèdes miracles pour ne pas avoir mal, mais quelques astuces, l’anulingus, le lubrifiant et la douceur. C’est partie pour les TP!

La sodomie et les femmes : Pour commencer

Pour commencer, je vous suggère de ne pas vous attendre à lui péter le cul rapidement ! Vous pouvez pour acclimater votre conjointe à l’idée, lui faire découvrir cette zone. C’est ainsi qu’un cunnilingus, peut déraper en anulingus. Vous ne l’avez pas fait exprès, vous pouvez voir et mesurer sa réaction! Elle ne dit rien. Tant mieux, vous pouvez donc arrêter de faire semblant et commencer à passer de petits coups de langue avec douceur sur son anus. N’y allez pas trop vite ça peut chatouiller! Si elle commence à gémir, c’est qu’elle aime ça (enfin je suppute), vos coups de langue peuvent devenir plus appuyés, elle se détend sous votre acharnement et votre salive… Essayer de rentrer un peu votre langue en elle! Tous ses sens sont en ébullition. Parfait, vous avez le droit de continuer à lire !

Pour continuer

Votre amante à donc céder à votre douce langue sur ses fesses! Revenez sur la zone de départ, le clitoris par exemple. Votre femme est détendue et toute mouillée, profitez en pour glisser un doigt sur son petit trou, mais ne le rentrez pas! Massez le doucement, continuez à la lécher, elle va s’ouvrir à vous sans que vous aillez besoin de forcer, c’est normal elle se détend. Votre doigt est rentré? Un peu? Beaucoup? Étape suivante!

Par la suite

Emparez-vous d’un lubrifiant (le silicone est selon moi bien mieux que celui à base d’eau) pour vous aider, vous pouvez consulter notre page d’avis en lubrifiants. Recommencez à la masser, votre doigt va rentrer dans son antre sans problème! Si çà « pique » dites-lui de se détendre et ne lésinez pas sur le lubrifiant, c’est pour la bonne cause! C’est ainsi qu’il faut augmenter crescendo, le volume. Un doigt, deux doigts, ce sex-toy que sa meilleure amie lui a offerte… Elle est prête?

Mais encore

Badigeonnez vous le pénis de lubrifiant ! L’idéal pour cette première pénétration reste la levrette (même si le missionnaire permet une pénétration moins profonde). Le mieux, je pense est que vous laissiez Madame diriger! Cette manœuvre n’est pas évidente car, votre érection peut diminuer, pas de panique, servez-vous de vos mains! Il faut au préalable insérer votre gland dans l’anus de votre partenaire. Une fois qu’il est bien au chaud, ne bougez plus. Laisser Madame s’empaler sur votre sexe, elle ira à son rythme et se crispera moins. Encouragez là, ce qu’elle fait est bien et c’est bon, rassurez là pour la détendre. Le plus difficile est d’insérer le sexe en entier, une fois qui il y est, il faut y aller doucement, ne pas brusquer les choses. Cette douceur habituera son anus et finira de le dilater.

Pour finir, l’astuce de fin

Laissez-vous aller à votre rythme vous avez réussi, vous êtes tous les deux en bonne voie pour avoir un orgasme inoubliable! Voici une astuce pour vous mesdames, une astuce qui m’est encore utile alors que je pratique la sodomie depuis un moment… La respiration de type yoga ou méditation. Quand Mogwaï s’insère pour la première fois et que je sens que je suis un peu crispée, je n’hésite pas à prendre une grande inspiration par le nez et d’expirer doucement par la bouche. C’est physiologique, ça détend et à chaque fois, je constate avec amusement que ça marche ! Ce qu’il faut retenir c’est qu’il ne faut pas trop se prendre la tête…

N’oubliez pas que la clé de la sodomie et les femmes, c’est la confiance. Le fait d’être à l’aise avec ceci se résout le plus souvent par la communication! La sodomie et les femmes, c’est une longue histoire, une aventure de toute une vie.

Les légendes sur la sodomie et les femmes, mais pas que

Étant donné que la sodomie et les plaisirs du sexe anal sont encore tabous dans notre société, il y a de nombreuses légendes qui circulent sur les relations anales. Voici pour vous dix légendes qui pourront peut-être changer l’idée que vous vos faites de ce domaine ou au contraire, vous faire rire. C’est toujours çà de gagner.Néanmoins, elles n’en sont pas moins intéressantes.

#1 : Les relations anales sont immorales et ne sont pas naturelles

Les étudiants en sociologie et en changements sociaux sont conscients que les déviances d’aujourd’hui peuvent devenir la norme de demain. La pratique de la masturbation et du sexe oral en est un bon exemple. Ce qui est considéré comme un acte déviant ou non est issu de multiples institutions légitimes, les plus importantes étant le gouvernement et la religion. Le sexe anal est un tabou bien établi dans la culture américaine.

Les tabous sont souvent défiés par la logique, la science et l’expérience. Il s’agit souvent de tabous issus de la désinformation, la peur et le désir de maintenir un statuquo. Dans le cas de la relation anale, ce tabou fait miroir à certains éléments fondamentales de notre société.

Par exemple, les relations anales sont considérées comme sales, directement reliées à notre obsession culturelle de l’hygiène et de la propreté et la perception d’une connexion entre le sexe anal et l’homosexualité. Ces deux idées sont en énorme frein à la découverte du plaisir anal et ce n’est pas les gouvernements et les institutions religieuses qui diront le contraire.

Pour eux, la sodomie reste un acte non naturel. C’est souvent ces mêmes gens qui bannissent l’éducation sexuelle dans les écoles et la législation sur les homosexuels. Seuls les rapports procréatifs, hétérosexuels et vaginaux sont autorisés.

#2 : Seules les salopes, les pervers et les marginaux pratiquent les relations anales

La vérité est que les relations anales sont pratiquées et appréciées par les femmes, les hommes et les personnes trans-genres de tous types, de la dominatrice en donjon à la petite voisine sans histoire à côté de chez vous. D’ailleurs, dans les ouvrages consacrés aux pratiques sexuelles particulières, on y retrouve le bondage, le trans-habillage, le S/M, les douches dorées et le sexe en groupe, cela n’inclut pas les relations anales. La pratique de la sodomie est plutôt classé dans le même rayon que le coït vaginal et le sexe oral. La notion que les relations anales sont anormales ou perverses est basé sur la supposition que seuls certains éléments du sexe, comme l’hétérosexualité, l’acte procréatif, la relation pénis-vagin, et le coït vaginal sont naturels et conventionnels.

#3 : L’anus et le rectum n’ont jamais été fait pour être érotisés dans l’optique des relations anales

L’anus et le rectum sont remplis de terminaisons nerveuses sensibles et réactives et la stimulation de celles-ci. Ainsi, la pénétration du rectum peut être très intense dans le plaisir ressenti. Voir même orgasmique pour les hommes et les femmes. En plus de çà, le périnée et le point G peuvent être stimulés chez une femme lors d’une pénétration anale, tandis que les hommes possèdent une prostate majoritairement responsable du plaisir anal.

#4 : Les relations anales sont sales et dégueulasses

Aussi longtemps que vous pratiquerez les relations anales dans des conditions standard d’hygiène, celles-ci ne sont pas plus sales que toute autre forme de sexe. En temps normal, il y a peu de matières fécales dans le canal anal et le rectum. Certaines personnes aiment prendre une douche ou un bain pour se laver la région anale, mais aucune autre mesure particulière n’est censé être pris, hormis un lavement anal si nécessaire.

#5 : Seuls les hommes homosexuels ont des relations anales

Les gens de toutes orientations sexuelles ou de tous genres ont des relations anales. Même s’il est vrai que de nombreux hommes homosexuels entretiennent des relations anales, les statistiques indiquent que seulement entre 50 et 60% des hommes homosexuels ont déjà essayé la sodomie. Seulement 30% la pratique régulièrement. La fellation par exemple est bien plus répandue dans l’univers des hommes gays. De même, selon les sondages que l’on prend en considération, entre 20 et 45% des femmes pratiquent la sodomie. La sodomie et les femmes n’est pas un mythe !

#6 : Les hommes hétérosexuels qui aiment les relations anales sont réellement gay

Du fait que les relations anales sont faussement mais intrinsèquement liées aux hommes gays et au sexe gay, il existe des légendes qui disent que si un homme souhaite avoir des relations anales, il doit forcément être gay. Dans la plupart des cas, les hommes identifiés comme étant hétérosexuel et qui souhaite des relations anales avec une femme (qui s’agit de donner ou de recevoir une sodomie) ne sont pas en train de refuser des désirs ou tendances homosexuelles. Leur désir ne repose pas sur leurs préférences sexuelles dans un type de partenaire. D’ailleurs, on ne se pose pas la question de savoir si un homme hétérosexuel qui aime la fellation est gay ou pas. Même si la fellation est beaucoup plus pratiquée dans les milieux homosexuels que la sodomie.

#7 : Les relations anales sont à chaque fois douloureuses pour la personne qui se fait sodomiser

Avec le désir, l’excitation, la relaxation, la communication et la confiance (et du lubrifiant en bonne quantité), les relations anales ne sont pas seulement non douloureuses. Elles sont également excitantes voire même orgasmiques. Le sexe anal n’a pas à être douloureux le moins du monde, même un tout petit peu. Si c’est le cas, votre corps vous pousse à devoir arrêter la séance de sexe anal. Si vous ignorez ce que vous communique votre corps et continue la séance, vous pouvez véritablement vous faire mal, ce qui amènera chez vous une tension supplémentaire lors de votre prochain essai. Votre corps a une mémoire, n’essayez pas de le duper. D’ailleurs, n’hésitez pas à lire l’article pour éviter une sodomie douloureuse !

#8 : Les femmes n’apprécient pas de se faire sodomiser, elles le font uniquement pour faire plaisir à leur partenaire

Il s’agit ici d’une légende insidieuse au sujet de l’hétérosexualité des femmes. Souvent, lorsqu’on entend qu’une femme a eu des relations anales, l’histoire est la même. L’homme a dû supplier et supplier sa partenaire avant qu’elle ne cède à sa demande. L’homme était ravi de cette sodomie mais sa partenaire n’a pas appréciée un instant de cet acte. On n’entend que très rarement le cas où la femme à adorée une séance de sodomie. Où la femme à initiée la sodomie dans le couple. Voire encore d’une femme qui est plus que contente d’avoir pu pénétrer l’anus de son homme. La pénétration anale est souvent vu comme l’ultime fantaisie sexuelle de l’homme. Alors qu’en fait, notre culture ne comprend pas combien une femme peut aimer se faire prendre le cul. Il y a encore beaucoup à faire sur la relation entre la sodomie et les femmes

#9 : Les relations anales sont la manière la plus simple d’avoir le sida

Parce que le tissu anal et rectal est délicat, il peut facilement se déchirer. Les virus peuvent plus facilement se transmettre au travers des tissus jusqu’aux flux sanguins. Les relations anales sans protection avec une personne infectée est une activité à risque plus élevé pour les deux partenaires. Statistiquement plus élevé qu’un coït vaginal avec une personne infectée. Les contacts anales et orales placent également les deux partenaires sont une situation à risques. Le sexe anal pratiqué avec du bon sens, des préservatifs, des gants et du lubrifiant où avec un partenaire séronégatif monogame est tout aussi sain et sûr que toutes autres pratiques sexuelles.

#10 : Les relations anales sont coquines et mauvaises

Ici, cette légende est à la fois vraie et fausse. Bien sur, le sexe anal n’est pas vraiment mauvais pour vous et ne fait pas de vous, une mauvaise personne. Cependant, pour ceux qui sont excités par l’idée que le sexe anal est tabou, déviant et mauvais, ne me laissez pas vous contredire. Nombreuses personnes aiment la sodomie car c’est justement un acte tabou.

La sodomie et les femmes
  • La note des lecteurs

  • Noté 4.2 stars
    4.2 / 5 (37 )
  • Votre note