Voici notre expérience d’une fellation humide. Il s’agit d’une expérience ayant eu lieu, il y a plusieurs mois. Même quasiment un an maintenant, mais on vous en fait part ! Hier soir, je suis allé voir Lilou comme à mon habitude afin de partager un petit moment ensemble après la soirée de sodomie que j’ai eu l’occasion de passer avec elle. Cela faisait plusieurs semaines que je n’avais pas eu l’occasion de la pénétrer ainsi. De voir ses petites fesses se mouvoir sur mon sexe en érection et sentir celui-ci plonger au cœur de son anus. Ce qui a failli me faire jouir à 4 reprises avant de ne plus supporter le plaisir que cela me procurer. Mais parlons du lendemain où nous avions décidé tous deux de passer une soirée avec comme plat principal, une belle soirée orale et notamment une fellation humide.

Expérience d’une fellation humide

En effet, parfois, j’aime prendre ce petit moment dans la semaine suivant les occasions pour passer une soirée dédiée au sexe oral. Non pas qu’on ne pratique pas régulièrement dans ce domaine, mais surtout pour lui rendre hommage et en faire le clou du spectacle de la soirée. Nous avions donc décidé, finalement plutôt elle que moi, qu’elle me ferait jouir en fellation. Et de mon coté, je la ferai jouir en cunnilingus. Le programme était alléchant et plaisant rien qu’à l’idée. Considérant le sexe oral, non pas comme un préliminaire, mais comme un véritable acte sexuel à part, le repas étant terminé, c’est avec ma bière encore à la main, qu’elle me dit qu’elle aimerait bien me sucer dans la chambre.

Le début de la fellation humide

Finalement, à peine après avoir dit ces mots, elle me dit « En même temps, je peux commencer maintenant, non ? » Évidemment, je lui répondis par la positive. Ceci avant que ses mains ne glissent sur mon jean pour me caresser l’entre-jambe et déboutonner celui-ci. De là, elle saisit mon sexe qui avait déjà gonflé. Puis commence à lécher le bout de mon gland, avant de le prendre en bouche. La sensation de cette fellation était différente de d’habitude. Encore plus agréable, je dois l’avouer. Relevant la tête un instant pour faire une courte pause, je lui demande si elle ne sait pas entraîné depuis hier soir. Si elle n’a pas discuté de fellation avec sa meilleure amie. Car au vu des sensations que j’avais pu ressentir, celles-ci étaient différentes. Semblerait-il que non. Pourtant, cette fellation était bien agrémentée de quelques nouveautés. C’était une fellation humide, bien plus humide qu’à son habitude.

Ce qui a changé entre temps

C’est par la suite que j’ai compris ce qui avait changer. En effet, nous avions déjà discuté sur le sujet de la fellation et je lui avais fait la confidence que j’adorai quand une fellation était très salivante. C’est en voyant mon sexe sortir de sa bouche, que je put apercevoir l’humidité encore nouvelle sur ce dernier. Elle avait bien plus salivé qu’à son habitude. Pourtant elle m’avait indiquée qu’elle n’aimait pas vraiment sucer ma queue tout en aspirant sa salive. Finalement, la discussion a du bon. Elle avait décidé pour cette soirée de me faire plaisir ainsi avec une fellation humide.

La possibilité d’être surpris

À trois reprises, elle me suça la queue sur le canapé. Pour m’exciter au plus au point, avant que je range celle-ci pour lui dire que l’on pouvait continuer dans la chambre. On ne sait jamais, sa colocataire pouvait tout de même rentrer à tout moment de sa soirée. Une fois dans la chambre, à genoux, elle reprend en main mon engin et se remet à le sucer de plus belle. La sensation humide de ses lèvres et de sa langue me ravit. C’était bien plus agréable ainsi et la glisse était plus évidente. J’avais envie de la lécher en même temps, mais elle me dit qu’elle s’occupait de moi en priorité, qu’elle voulait me faire cracher en premier.

Tentative de gorge profonde

Elle me demanda alors de me placer sur le dos, tandis qu’elle se trouvait devant moi, en tailleur, sa poitrine animée par le décolleté de sa robe, en rythme avec sa bouche qui glissait sur ma hampe. À quelques reprises, elle tenta de plonger sa gorge, mais malgré ses efforts, elle n’arrivait toujours pas à pratiquer la gorge profonde. Mais j’aimais la voir s’essayer à cette pratique, voir qu’elle tentait de prendre entièrement mon sexe en bouche sans y parvenir. Au bout d’un moment, je voyais qu’elle était dans l’optique de me faire jouir. Elle me demanda si elle pouvait me lécher les couilles, ce qu’elle adore énormément, ce à quoi je répondis qu’elle n’avait pas besoin de me demander la permission et qu’elle pouvait disposer de mon corps comme bon lui semble.

Des techniques nouvelles

Pendant que je me masturbais, sa langue parcourait mes deux testicules. Elles les lécher avec le bout de celle-ci avant de prendre en bouche une de mes deux boules. Notamment, pour l’aspirer plus intensément. Une fois bien excitée, de son coté, comme du mien, elle reprit la fellation humide du début de soirée. En salivant un peu plus, laissant parfois couler la salive superflue de sa bouche sur mon sexe. Mais aussi en pratiquant une nouvelle technique qu’elle avait apprise seule, en écoutant mes réactions. Je ne saurai trop comment vous expliquer ce qu’elle me faisait, mais je ressentais une sensation très intense au niveau du frein de mon sexe. Ma queue qui a chaque descente de sa bouche, se retrouver stimulé par sa langue entière.

Un plaisir important

La sensation était tellement puissante, que je ne pouvais m’empêcher de faire sortir vocalement, le plaisir que je ressentais. C’était tellement intense, mon gland était tellement sensible, que la moindre stimulation m’excitait énormément. J’en arrivai à contracter tous mes muscles à la fois, sans pouvoir contrôler mon corps. Plus sa langue passait sur mon frein, aspirant mon gland avec la salive de sa bouche, plus la sensibilité de celui-ci augmentait. Il est difficile de vous expliquer clairement cette sensation, mais je peux vous dire que celle-ci était vraiment jouissive. En fait, c’est comme si j’éjaculai une petite quantité de sperme à chaque fois que sa langue revenait en contact de mon frein et de mon gland. Comme si, j’obtenais un mini-orgasme à chacun de ses mouvements. C’était proche de l’expérience d’une double éjaculation que je vous avais présenté il y a quelques temps.

Finalité de l’expérience d’une fellation humide

C’est finalement en lui demandant de me lécher le téton droit, que je pu me masturber frénétiquement. Sa langue parcourait cette zone érogène avec grand soin. Le plaisir montait rapidement jusqu’à rester pendant plusieurs minutes sur le fil. Puis j’ai attrapé sa tête pour la plaquer encore plus contre moi pour finalement arriver au point de non-retour. Relevant sa tête, je me suis mis à éjaculer fortement dans un orgasme profond, parcouru de plusieurs spasmes dans le corps, sur mon ventre. Apaisé, je la vois pencher sa tête pour lécher une partie du sperme qui s’était étalé sur mon buste et l’avaler.

Ce n’est que plusieurs dizaines de minutes plus tard, que nous sommes revenus dans la chambre. Pour qu’à mon tour, je puisse lui rendre le plaisir qu’elle m’avait offert. C’est à travers un cunnilingus d’une dizaine de minutes et deux doigts la pénétrant en même temps, qu’elle finit par obtenir un gros orgasme, soulagée à son tour. Une expérience d’une fellation humide forte intéressante et prometteuse !

Fellation humide : Notre expérience
  • La note des lecteurs

  • Noté 4.3 stars
    4.3 / 5 (10 )
  • Votre note