Sucer un gode quand on est un homme, vous avez déjà tenté ? Aujourd’hui, je vais vous parler d’une pratique un peu particulière. Vous le savez à présent, si vous lisez régulièrement mes articles et ceux de Lilou, nous sommes assez ouverts questions pratiques sexuelles. Il y a finalement peu de choses qui nous rebutent. Cependant, certaines pratiques ne sont tout de même pas communes. C’est pourquoi je trouve qu’il est intéressant de vous en parler, car peut-être que certains d’entre vous se posent des questions sur des pratiques que vous exercez et qui peut parfois vous interpeller. Pourquoi fais-je ceci ? En quoi j’y prends plaisir ? Je vais tenter de répondre à cette question « Pourquoi j’aime parfois sucer un gode ?

Sucer un gode pour accepter la soumission à l’autre

Pouquoi j'aime parfois sucer un gode ? Accepter la soumission

La plupart du temps, lorsqu’il m’arrive de sucer un gode, c’est lors d’une séance de domination de la part de Lilou. Souvent, lors d’une séance de pegging ou d’urophilie, quand je lui demande de me dominer un peu. Dans cette situation, je me soumets à Lilou. Je suis à ses ordres, j’accepte tout ce qu’elle souhaite et si elle désire que je me mets à sucer un gode avant de me pisser dessus, je m’exécute. Pourquoi ? Car l’objet de la séance est la soumission. Si Lilou me domine, je me soumets. Et si çà doit passer par une fellation sur gode, je l’effectue. Ce n’est pas plus compliqué que ça.

Sucer un gode pour tenter une pratique dites « gay » en tant qu’homme

Pouquoi j'aime parfois sucer un gode ? tester une pratique gay

C’est bien connu. Un hétérosexuel n’a pas pour habitude de tailler des pipes à tout bout de champ. En tout cas, pas à notre siècle. On serait tout de suite catalogué. Sans pour autant chercher à comprendre pourquoi on pourrait être attiré par cela. Sucer un gode, c’est sucer un bout de plastique ou de silicone. On est loin du fait de sucer une véritable queue. De sucer le membre d’un autre. Ici, c’est complètement déshumanisé. L’objet n’est qu’objet et n’implique en rien une tendance gay, bi, trans ou ce que vous voulez. Sucer un gode permet donc de tenter une pratique qui n’est pas associée à l’homme, le mâle, sans pour autant franchir le pas. C’est un bon moyen d’essayer avant de juger.

Sucer un gode en tant que prolongation du sexe de l’autre

Pouquoi j'aime parfois sucer un gode ? prolongation du sexe de l'autre

Si je reviens dans le cadre de nos expériences sexuelles, notamment celle de pegging, Lilou n’hésite pas à enfiler son plus beau harnais (le Sasha de SpareParts) et son meilleur gode (Tantus Curve la plupart du temps) pour me prendre par-derrière. Mais au fur et à mesure, avant cette étape, on a pris l’habitude ou tout du moins, j’ai transmis cette habitude à Lilou, de prendre un petit moment pour commencer les festivités de manière orale.

Dans ces moments, Lilou, armé de son harnais, se retrouve alors à détenir le temps d’un instant, un objet phallique entre ses cuisses. Une sorte de prolongation de son propre sexe. Lorsque je me mets à sucer un gode, c’est dans l’idée de la stimuler. En faisant des mouvements assez amples, on peut arriver à faire bouger la base du gode sur son clitoris. Ce qui lui amène ainsi, un semblant de sensation, comme s’il s’agissait de sa propre queue.

Sucer un gode pour parfaire sa technique

Pouquoi j'aime parfois sucer un gode ? parfaire sa technique

Eh oui, comment s’entraîner à tailler des pipes sans pouvoir le faire vraiment ? Sucer un gode, bien sur. Que ce soit pour moi-même ou pour Lilou, c’est un bon moyen de s’entraîner. Apprendre la gorge profonde notamment. C’est en forgeant qu’on devient forgeron et c’est en suçant qu’on devient… à vous de me le dire!

Sucer un gode pour se rendre compte de l’exercice

Pouquoi j'aime parfois sucer un gode ? se rendre compte de l'exercice

Si vous n’avez jamais sucé un gode, vous ne pouvez pas savoir ce que c’est de sucer quelqu’un. En effet, Lilou me suce très régulièrement, mais parfois, elle ne tient pas sur la durée. Mal aux mâchoires et autres…C’est en pratiquant moi-même sur un gode, que j’ai pu m’apercevoir de la difficulté de la chose mais également de la fatigue que cela engendrait. Je pense que c’est un bon moyen de se rendre compte des choses et d’être plus clément lorsque Madame vous dit « Pas ce soir« .

Sucer un gode pour découvrir de nouveaux plaisirs

Pouquoi j'aime parfois sucer un gode ? Découvrir de nouveaux plaisirs

Quand on n’a pas encore essayé, on ne peut pas réellement savoir. Alors, tentez de sucer un gode, ne serait-ce que par curiosité ! Avant de découvrir de nouveaux plaisirs, entraînez-vous, découvrez par vous-même afin de voir si l’idée de sucer un gode et par transposition, un homme peut vous convenir. C’est un moyen de tester avant le passage à l’acte ou la réalisation d’un fantasme. Pour ma part, je ne suce que des godes en présence de Lilou, mais peut-être que pour d’autres, l’aventure peut aller plus loin.

Sucer un gode pour augmenter les possibilités de chaque ébat sexuel

Pouquoi j'aime parfois sucer un gode ? Augmenter les possibilités

Une fois que vous avez déjà testé plusieurs fois de sucer un gode, pourquoi ne pas l’inclure dans vos jeux érotiques ? Certes, pas tous, mais dans une séance de pegging, d’urophilie ou de relation BDSM, c’est un moyen supplémentaire de changer les rôles, de se divertir avec d’autres pratiques et de profiter de la situation et de l’excitation du moment.

Conclusion

En conclusion, sucer un gode n’est pas forcément un acte à bannir ou à catégoriser dans une pratique « Gay » lorsqu’elle est réalisée par un homme. Il y a de nombreuses manières de s’amuser dans un couple. Il faut simplement être ouvert d’esprit. Savoir oublier sa condition pour accepter la situation de jeux érotiques en couple. J’espère que ça vous a donné quelques idées ou peut-être rassurez si vous pensiez que vous étiez le seul à s’amuser avec cette pratique.

Pourquoi j'aime parfois sucer un gode ?
  • La note des lecteurs

  • Noté 4 stars
    4 / 5 (8 )
  • Votre note