• Note de l'auteur

  • 82%
  • 82%

  • Lora DiCarlo Sway
  • Testé par:
  • Publié le :
  • Dernière modification: 18/09/2021
  • Packaging
    Auteur: 95%
  • Aspect
    Auteur: 95%
  • Texture
    Auteur: 95%
  • Utilisation
    Auteur: 40%
  • Efficacité
    Auteur: 85%

Encore un vibromasseur chauffant à tester avec le Lora DiCarlo Sway ! Oui, encore un, car il y a peu de temps, nous vous avons proposé le test du vibromasseur Lora DiCarlo Drift, qui, comme vous allez le voir, se rapproche de cet autre modèle ! Il s’agit donc de notre troisième sextoy de la marque Lora DiCarlo, puisque le premier fut l’Osé 2, un modèle qui nous a franchement pas convaincus, puis le Drift, que vous avez pu sûrement déjà lire.

Cette fois-ci, on se retrouve avec un vibromasseur à double tête, en forme de S, qui vous allez voir, reprend la forme du Drift et de l’autre côté, la forme du Tilt, le prochain sextoy de Lora DiCarlo qu’on testera ! On espère que ce modèle soit au minimum, au niveau du Drift, mais quelque chose me dit qu’il sera encore mieux. Voici donc notre test du Lora DiCarlo Sway !

passage du désir

Merci à Passage du Désir pour nous avoir fait parvenir le vibro Sway afin de vous le présenter.

Packaging du vibromasseur Lora DiCarlo Sway

Il s’agit d’un produit Lora DiCarlo, de ce fait, nous avons le droit à la même boîte que pour l’Osé 2 ou le Drift, avec pour seule chose qui change, sa taille. Nous avons donc une grosse boîte blanche avec des tranches jaunes. Du côté de la partie avant, on peut apercevoir le vibromasseur Sway et qu’il s’agit là aussi, d’un sextoy chauffant. Au niveau des tranches, nous avons des détails sur le produit, mais c’est à l’arrière que l’on pourra lire les fonctions qu’il est capable d’utiliser et ses caractéristiques. Tout ceci se trouve sur le fourreau qu’il faudra retirer pour avoir accès à une languette avec un système d’aimant pour ouvrir la boîte.

Une fois qu’on ouvre la boîte, par le centre, on découvre à l’intérieur deux zones distinctes. D’un côté, nous avons le vibromasseur Sway et de l’autre, le manuel d’utilisation, avec en dessous, une petite boîte cartonnée. Celle-ci renferme la pochette de rangement constitué de plastique recyclé des océans, le câble de chargement magnétique USB et la carte de garantie.

Lora DiCarlo Sway - 1
Lora DiCarlo Sway - 2
Lora DiCarlo Sway - 3
Lora DiCarlo Sway - 4
Lora DiCarlo Sway - 5
Lora DiCarlo Sway - 6
Lora DiCarlo Sway - 7

Aspect du vibromasseur Lora DiCarlo Sway

Si le Lora DiCarlo Sway ressemble étrangement en partie au Drift, ce n’est pas un hasard ! En effet, sur ce modèle, on peut voir deux parties bien distinctes, avec une tige de chaque côté, pour deux utilisations différentes. D’un côté, nous avons une partie plus dédiée au point G ! C’est la partie qui ressemble énormément au Drift, avec sa tête incurvée surplombée par une sorte de bosse et de l’autre, une partie sûrement plus adaptée à la stimulation du point P, mais pas que, puisque l’utilisation sur le point A sera également possible au vu de sa longueur et de sa forme.

C’est donc un double vibromasseur qui prend la forme d’un S, avec une courbure peu profonde. Dans chaque extrémité, on retrouvera un moteur avec une tête différente de chaque côté, comme précédemment annoncé. D’une part, nous avons une tête en forme de crochet aplati avec une bosse, qui sera adaptée pour votre point G, mais aussi votre clitoris qui vous souhaitez vous amuser ainsi. Et de l’autre, nous avons une tête qui est identique à celle du Lora DiCarlo Tilt, un autre sextoy de la gamme qu’on vous présentera par la suite. Nous avons donc sur cette partie, des ondulations plus subtiles, avec un effilement progressif au niveau de son cou. Cette extrémité sera plus intéressante pour le point P, mais également, par sa pointe plus fine, glisser jusqu’au point A.

Au niveau des boutons, nous en avons 4 ! Il y a le fameux bouton « LDC », un autre avec trois lignes ondulées et les deux autres, marqués d’un cercle pour jouer avec les moteurs de chaque extrémité. C’est un bel engin, un sextoy d’une forme moins habituelle, même si nous avons déjà vu cette forme, comme par exemple avec le gode Point G acier Desire de Lovehoney que nous avons testé il y a peu, même si nous ne sommes pas sur les mêmes dimensions. Dernier point, nous avons deux points magnétiques pour charger le vibromasseur.

Les dimensions du vibromasseur

Si je vous dis que ce double vibromasseur mesure 22,25 cm de longueur totale, vous allez me dire que c’est trop long ! En réalité, on n’enfilera pas tout, puisqu’on se servira d’une tête ou de l’autre pour jouer avec. D’ailleurs, en parlant de ces dernières, celle avec une tête plate et une bosse, plutôt pour le point G est de 2,69 cm, tout comme celle du Drift. Et de l’autre côté, pour la tête effilée pour le point P, son diamètre maximum est de 2,99 cm. Un long vibromasseur, oui, mais pas énorme au niveau de son diamètre, au final.

Les autres détails

Que puis-je vous dire de plus ? Peut-être vous parler de sa couleur, un vert/bleu que je trouve plutôt sympa. Et l’autre point, c’est son poids, puisque ce dernier ne pèse que 167 grammes. Si on le compare au Drift, qui ne fait que 92 grammes, c’est tout de même un peu plus, mais encore une fois, celui-ci reste très léger pour sa taille et le fait qu’il possède deux moteurs.

Lora DiCarlo Sway - 8
Lora DiCarlo Sway - 9
Lora DiCarlo Sway - 10
Lora DiCarlo Sway - 11
Lora DiCarlo Sway - 15

Texture du vibromasseur Lora DiCarlo Sway

Tout comme le Drift, le Sway est réalisé en silicone et en plastique ABS. En fait, il est surtout recouvert d’une couche de silicone, ce qui en fait un sextoy plutôt rigide contrairement à un sextoy en silicone plein, comme un gode. Par contre, le silicone est de qualité, vraiment doux, n’accrochant qu’assez peu la poussière. Que ce soit le silicone ou le plastique ABS, ce sont deux matières saines pour le corps. Sur ce point, rien à redire, Lora DiCarlo propose de bons matériaux pour la conception de ce double vibromasseur.

Lora DiCarlo Sway - 12
Lora DiCarlo Sway - 14

Utilisation du vibromasseur Lora DiCarlo Sway

Vous allez le voir, que ce soit le Sway ou le Drift, les deux vibromasseurs de Lora DiCarlo s’utilisent à peu près de la même manière ! Si vous connaissez l’un, vous ne serez pas perdu avec le second. On va tout de même faire un petit tour d’horizon de la manière de l’utiliser !

Comment charger le Sway ?

Première chose à faire avant de vous amuser avec le Sway, c’est de recharger sa batterie. Pour cela, vous avez un câble de chargement magnétique USB qu’il suffit de clipser sur le vibromasseur, puis de brancher l’autre partie sur un port USB alimenté ou un adaptateur secteur. Pour la première recharge, elle devrait durer 1 heure, mais en général, il faut plutôt compter 2 heures pour une charge complète avec une autonomie d’une heure en moyenne.

Lors de sa charge, le Sway possède une LED au niveau du bouton LDC qui changera d’état en fonction de la charge de la batterie. Vous verrez qu’il change à 25%, 50%, 75% puis 100%. Par contre, lorsque le Sway sera à court de batterie, le cercle en question se mettra à clignoter afin de vous indiquer qu’il ne vous reste que 5 minutes pour jouir ! Si par malheur, vous oubliez d’éteindre le Sway une fois utilisé, si les vibrations ou l’effet chauffant ne sont pas activés dans les 5 dernières minutes, alors le vibromasseur s’éteindra tout seul. Et si vous avez laissé que la fonction chauffante active, sans rien d’autre, celui-ci s’éteindra au bout de 15 minutes, sans action de votre part.

Lora DiCarlo Sway - 17
Lora DiCarlo Sway - 16

Comment le manipuler ?

Est-ce que vous vous rappeler des trois boutons du Drift ? Sur le Sway, nous en avons à présent 4 ! Mais est-ce plus intuitif ? Bonne question. Déjà, vous avez le bouton LDC, qui permet d’allumer ou d’éteindre le Sway en faisant une pression de 1,5 seconde. Après, vous avez le choix ! Vous avez un bouton avec trois lignes ondulées, qui permettent d’activer ou de désactiver l’effet chauffant du Sway. Ce n’est pas instantané, il faut attendre un peu.

Puis, vous avez un bouton « rond » par moteur, sachant qu’ils sont placés à l’opposé de la tête vibrante qu’il contrôle. Ensuite, pour naviguer dans les modes et niveaux d’intensité, vous avez juste à appuyer une fois sur le bouton. Il faudra donc cycler, comme le Drift, pour revenir à un mode précédent ou utiliser le bouton LDC en appuyant une fois dessus, pour revenir au premier niveau. Par contre, attention, vous avez aussi un mode « Travel-Lock » qui peut s’activer ou se désactiver en appuyant pendant 3 secondes sur les boutons « LDC » et « vibration ».

Que peut-on faire avec ?

Le double vibromasseur Lora DiCarlo Sway à une double utilité que l’on peut voir instantanément ! En effet, il possède deux côtés, l’un plus adapté à la stimulation du point G. Je parle bien entendu, du même côté que celui du Drift. On peut aussi se servir de ce côté pour stimuler le clitoris ! Et de l’autre côté, la seconde tête est plus adaptée à la stimulation anale, mais aussi, à la stimulation du point P ! C’est donc un sextoy versatile, mais ce n’est pas le seul dans ce cas non plus. Mais à vrai dire, la tête plate peut également servir pour la stimulation vaginale. Cela dépendra de vos préférences.

Quels sont les modes vibrants ?

Même principe que pour le Drift, le Lora DiCarlo Sway possède lui aussi, 3 modes de vibration et 7 niveaux d’intensité. En gros, les 7 premiers niveaux sont constants avec une intensité plus ou moins forte, alors que les trois derniers sont des modes avec un modèle précis. Et ceci pour les deux moteurs, mais bon, on va vous en reparler de ces deux moteurs.

Que dire sur le mode chauffant ?

Tout comme le Drift, encore une fois, le Lora DiCarlo Sway possède une fonction chauffante. Il s’agit de la technologie WarmSense™ qui permet de chauffer rapidement et de manière uniforme. La température atteint les 40° C, une température juste au-dessus de celle du corps, afin d’augmenter la circulation sanguine, une certaine relaxation (puisque nous avons un objet chaud plutôt que froid) et en même temps, l’excitation. C’est toujours plus excitant quand c’est chaud que froid en général. En toute logique, l’effet sera identique à celui du Drift, mais on verra cela un peu plus tard.

Quel lubrifiant choisir avec ?

Vous devez le savoir à présent, sinon, c’est qu’il y a quelque chose que j’ai dû louper. Lorsque vous avez un sextoy en silicone, afin de ne pas l’endommager, il est recommandé d’utiliser un lubrifiant à base d’eau. Ainsi, vous n’aurez pas de soucis de mélange entre la matière du sextoy et celle du lubrifiant. Comme souvent, l’utilisation de lubrifiant n’a rien d’obligatoire, tout dépend de votre lubrification naturelle et le niveau de confort que vous souhaitez obtenir.

Comment le nettoyer ?

Bonne nouvelle, le Lora DiCarlo Sway est waterproof ! Cela signifie deux choses, l’une est de permettre une utilisation dans votre bain ou sous la douche et l’autre, de permettre un nettoyage simple. En effet, il suffit tout simplement de le passer à l’eau tiède avec un peu de savon doux. Une fois ceci fait, il suffit de le faire sécher à l’air libre. Je prends soin parfois de retirer les dernières gouttes d’eau avec un chiffon doux pour ne pas laisser de traces. Vous pouvez également utiliser un nettoyant pour sextoys si vous préférez, ceci est possible !

Lora DiCarlo Sway - 13
Lora DiCarlo Sway - 20

Efficacité du vibromasseur Lora DiCarlo Sway

Vous l’avez peut-être vu, le Drift de Lora DiCarlo nous a convaincus, malgré les défauts que nous avons relevés ! Mais est-ce que le Sway fait mieux que le Drift dans ce domaine ? Est-il meilleur ou moins bon ? C’est toute la question de ce test ! Nous avons donc testé le Sway de plusieurs manières, notamment pour sa stimulation vaginale et du point G, un peu pour le clitoris, mais aussi pour la stimulation anale et prostatique. Voici notre avis sur le Lora DiCarlo Sway !

Toujours pas assez de boutons

Malheureusement, le problème détecté sur le Drift est également présent sur le Sway ! Avec un bouton de plus, on se dit qu’il sera plus simple à utiliser, mais ce n’est pas le cas. Comme nous avons un seul bouton par moteur, on se retrouve de nouveau avec un bouton par moteur pour gérer les modes et niveaux d’intensité. Le souci vient du fait que si l’on souhaite descendre d’un niveau par exemple, il faut passer par les autres modes présents pour revenir à celui-ci. Mais on peut, comme indiqué précédemment, utiliser le bouton LDC pour revenir au premier niveau puis repartir sur le mode qui nous intéresse.

Un manche plus long, plus pratique

C’était un point négatif (mais pas un point dissuasif non plus), la longueur du manche ! Ici, le Sway est bien plus long, ce qui permet d’avoir une meilleur accroche, une plus grande amplitude dans les mouvements, une meilleur prise en main et plus de possibilités ! En effet, on peut ici, faire un effet de levier sans souci, faire bouger le Sway en faisant des va-et-vient sans se retrouver avec un bout de manche que l’on tient à bout de doigts.

Son côté intuitif, toujours absent ?

Oui ! Disons qu’avec le test du Drift que nous avons fait il y a peu de temps, les retrouvailles avec le système de commande et des boutons du Sway furent moins problématiques. Enfin, c’est ce que l’on espérait ! Déjà, les symboles sur les boutons sont toujours aussi obscurs si on ne consulte pas le manuel pour savoir qui fait quoi.

Je l’avais indiqué, le bouton LDC est le plus gros et c’est pourtant celui qui éteint le Sway. Les deux boutons « rond » sont là pour contrôler les moteurs et les modes. Et le bouton en forme de « triple vague », pour la partie chauffante. Je ne vais pas redire ce que j’ai déjà dit dans le test du Drift, mais ce n’est pas clair. Il faut avoir lu le manuel pour savoir ce que tel ou tel bouton effectue, lorsqu’on l’utilise. Une fois qu’on a l’habitude, c’est moins perturbant, c’est comme tout.

Mais le Sway n’est pas une réussite

À vrai dire, c’est la déception ! Le Sway aurait pu être très bien, mais soit notre modèle présente un souci, soit le Sway est très mal pensé ! Lorsqu’on active le moteur du côté point G, cela active aussi le moteur du côté point P ! Alors, ça pourrait être bien, mais on ne peut faire que cela ! En gros, quand vous utilisez le côté point G, vous allez ressentir les vibrations dans votre main et votre bras en le prenant du côté point P ! Et c’est vraiment désagréable ! À moins de le laisser inséré et ne plus le toucher, c’est vraiment mal foutu !

Si le manuel indique qu’il y a un bouton pour le moteur A et un bouton pour le moteur B, en réalité, chaque bouton change le mode de chaque moteur ! C’est incompréhensible ! En fait, on a l’impression que le Sway vibre tellement fort que les vibrations s’activent également de l’autre côté.

Et nous avons passé tout de même 20 bonnes minutes à chercher tous les moyens possibles pour que chaque bouton contrôle uniquement le moteur correspondant, ce n’est pas possible ! Vu que le manuel n’indique rien à ce sujet, j’ai envie de dire que c’est prévu ainsi. Et franchement, c’est difficile de dire si un bouton active les deux moteurs ou si ce sont les vibrations qui se propagent tellement qu’on a cette impression.

C’est con, car il est puissant

Oui, c’est con, car en dehors de ce gros problème, les vibrations du Sway sont puissantes, de qualité, mais non, ce n’est pas possible d’avoir ds vibrations qui se ressentent aux deux extrémités à la fois, sans avoir le choix de désactiver un moteur ou l’autre. On ne devrait absolument pas ressentir autant de vibrations de l’autre côté de la tête qu’on utilise !

Kitty & Mogwai

Lora DiCarlo Sway - 21
Lora DiCarlo Sway - 22
Lora DiCarlo Sway - 23

Conclusion sur le vibromasseur Lora DiCarlo Sway

Lora DiCarlo Sway - 19
Lora DiCarlo Sway - 18

Pour terminer ce test, je peux vous dire que Kitty n’était pas contente. Ce problème de double moteur à la fois qui anesthésie la main et le bras de vibrations, ce n’est pas possible. Rien n’est indiqué comme quoi les deux moteurs du Sway sont vraiment indépendants. De ce fait, ils nous semblent donc qu’il ne s’agit pas d’un défaut de notre modèle, mais bien un défaut de conception du produit. Pour vous dire, Kitty était tellement pas contente, qu’elle a pris le Womanizer Premium Eco pour se faire jouir.

Du coup, je n’ai même pas envie d’essayer le côté anal pour le point P, le constat sera le même puisque l’effet sera simplement inversé. C’est vraiment dommage. Car si ce souci n’était pas présent, le Sway de Lora DiCarlo aurait pu être très bien. Pour nous, c’est vraiment trop dérangeant de ressentir autant de vibration au niveau de la tête qu’on ne souhaite pas utiliser. C’est vraiment dommage.

Avantages

  • Un packaging complet et de qualité
  • Le silicone doux et n’accrochant que peu la poussière
  • Des vibrations puissantes
  • Deux côtés (point P et G)
  • La qualité d’ensemble du produit
  • Les boutons placés à l’opposé

Inconvénients

  • Les deux moteurs qui vibrent en même temps
  • Les boutons des vibrations contrôlent les deux moteurs à la fois…
  • C’est dommage

Je remercie à nouveau Passage du Désir pour nous avoir fait parvenir un exemplaire du Lora diCarlo Sway afin de vous le présenter. Vous pouvez le retrouver directement sur leur boutique, mais également consulter leur page partenaire pour en apprendre un peu plus à leur sujet.

Les avantages chez Passage du Désir