La masturbation féminine. On aura sûrement tout entendu ou presque sur la pratique de la branlette féminine. Pourtant, encore de nos jours, je suis surpris de lire ou d’entendre des choses farfelues à son sujet. La connaissance est pourtant à portée de tous, mais les mœurs de certains n’ont pas évolué et l’information émane de tellement de source que l’on peut lire tout et n’importe quoi de nos jours.

La masturbation féminine et le regard des hommes

La première chose sur laquelle je souhaite intervenir, c’est sur l’attitude des hommes face à cette pratique. Depuis que le sujet n’est plus tabou et que le clitoris a fait son apparition (comme si celui-ci n’avait jamais existé dans le passé), nombreux hommes refusent que les femmes se fassent plaisirs elles-mêmes. Comme s’ils avaient peur de ne pas maitriser le plaisir féminin et la masturbation féminine. Ils sont effrayés de voir que les femmes peuvent de nos jours jouir et obtenir des orgasmes puissants simplement avec un jouet sexuel.

La masturbation féminine : Clitoris et pénis, même combat

De plus, nombreux hommes considèrent le clitoris comme le penchant féminin du pénis et que celui-ci fonctionne de la même manière. Autant vous dire qu’il est difficile de ne pas rire lorsqu’on se retrouve dans une conversation où des âneries sexuelles concernant la masturbation féminine sortent de toute part.

Idée purement masculine, certains hommes pensent que la taille du clitoris indique que la femme est une folle du cul. C’est comme dire que la taille du pénis influe considérablement sur leur performance. Soyons franc, cela permet sans aucun doute d’amener plus facilement des sensations si le clitoris est plus exposé, mais cela ne change en rien, le plaisir que peut obtenir une femme, même si son clitoris ne gonfle pas sous l’excitation. La différence de taille du clitoris d’une femme à une autre ne joue en rien sur le plaisir sexuel. C’est juste plus simple pour les hommes de le trouver. D’ailleurs, j’ai toujours trouvé amusant ce concept de l’homme qui n’arrive pas à trouver le clitoris de la femme. On en fait toute une histoire alors qu’il faut tout de même être un peu manchot sur les bords pour ne pas le repérer facilement.

La masturbation féminine et la disparition du clitoris

D’ailleurs concernant cette chasse au trésor amusante, certains hommes pensent qu’il existe des femmes qui ne possèdent pas de clitoris. Concrètement, messieurs, si vous en êtes à ce niveau, je vous dis merci, car ceux qui sont plus au courant des choses pourront en profiter davantage et pourront amener des femmes au plaisir du sexe. Comment peut-on encore penser qu’une femme peut ne pas posséder de clitoris ?

C’est d’un ridicule effarant. Certes, le clitoris peut être très petit (de la taille d’une tête d’épingle), mais nombreuses femmes possèdent un clitoris de la taille d’un petit pois (en réalité, le clitoris a plus la forme d’une poire, puisqu’une majeure partie de celui-ci est masquée par le capuchon et continue à l’intérieur, un peu comme la partie émergente de l’iceberg). Dans tous les cas, messieurs, si vous ne trouvez pas le clitoris de Madame, laissez faire ceux qui font l’effort de le chercher, aussi petit soit-il ! Une femme, toutes les femmes, devraient connaître le plaisir de voir un homme jouer avec leur clitoris pour leur faire découvrir les joies des orgasmes à deux et celui de la masturbation féminine.

La masturbation féminine et frigidité

Autre légende farfelue, si une femme est frigide, c’est qu’elle est mal baisée. Grande preuve de machisme et surtout d’incompétences, des gros rustres qui n’ont rien compris au plaisir féminin et à la masturbation féminine. La frigidité existe certes, encore faut-il savoir ce que représente réellement ce terme.

La frigidité vient en partie du fait qu’une femme ne s’est jamais masturbé et non pas d’appétit pour le sexe. De ce fait, elles ne peuvent pas prendre de plaisir avec un homme. Pourquoi dans ce cas ? La stimulation de certaines zones du corps amène des sensations pourtant ! Sans aucun doute, parce que ces femmes n’ont pas eu la chance de rencontrer un homme qui connaît son sujet. Ce n’est pas une légende. Il y a de nombreux hommes qui sont incompétents au lit, des machos qui n’ont rien compris et qui ne comprendront rien d’autre. La seule chose qu’ils savent faire, c’est de jouer les bourrins en pensant qu’ils sont des bons coups. Mesdames, sachez que vous n’êtes pas mal baisée, vous êtes simplement tombés sur ce qu’on appelle un connard.

La masturbation féminine et la nymphomanie

Allez, une autre petite légende pour la route. Si une femme se masturbe trop, elle serait nymphomane. Si, je vous assure, c’est écrit dans la tête de ces mêmes connards de tout à l’heure. La nymphomanie est un trouble psychologique, qui vaut aussi bien pour les femmes que pour les hommes, qui ne peuvent s’empêcher de faire l’amour avec tous ceux qui croisent leurs chemins pour calmer des angoisses. Cela n’a rien à voir avec le fait de trop se masturber. Et puis, que veut dire « trop se masturber » ? Est-ce un chiffre palier qu’il ne faut pas dépasser sous peine de devenir nymphomane ? Soyons sérieux un instant tout de même. La masturbation féminine n’a rien à voir avec la nymphomanie.

Bon, j’ai du mal à vous quitter sur cet article très amusant à écrire. Décidément, je suis généreux et vous êtes chanceuses et chanceuses. Des légendes circuleraient sur le fait qu’il suffit de toucher le clitoris d’une femme pour qu’elle soit excitée. Eh oui, on est réparti dans la logique que le clitoris fonctionne de la même manière que le pénis. Une femme doit être excitée mentalement afin de ressentir du plaisir physiquement. Et concrètement, le fait de penser ainsi est vraiment stupide. Si une femme empoigne mon pénis alors que je la trouve repoussante et qu’elle ne m’excite pas, je ne vais sûrement pas apprécier. C’est évident. Autant vous dire qu’on a pas encore fini de lire des légendes de comptoir sur la masturbation féminine.

Les légendes de la masturbation féminine
  • La note des lecteurs

  • Noté 3.7 stars
    3.7 / 5 (9 )
  • Votre note