Quand on parle de la pratique de la sodomie, on parle forcément de l’anatomie. L’anus n’étant pas vraiment l’orifice le plus accessible par soi-même, ce n’est pas forcément l’organe le plus connu de ses propriétaires.

Pratique de la sodomie et l’anus

L’anus est donc situé à l’extrémité du canal anal et se compose de nombreuses couches de tissu extrêmement fin. L’intérêt majeur, c’est que ces couches sont remplies de terminaisons nerveuses et de vaisseaux sanguins. C’est d’ailleurs l’une des zones les plus riches en terminaisons nerveuses, que ce soit du corps masculin ou féminin. Certes, le clitoris reste l’organe de tête dans ce domaine, voir le frein du pénis pour les hommes. Mais dans tous les cas, l’anus est plus sensible que le vagin ou la hampe du pénis.

Pratique de la sodomie et les sphincters

Deux muscles, les sphincters, contrôlent l’ouverture de l’anus. Le premier est situé à l’extérieur, permettant ainsi de contrôler l’ouverture et la fermeture de l’anus. Le second, le sphincter interne fonctionne de lui-même, de manière mécanique et en dehors de notre propre volonté.

Les sphincters font partie du plancher pelvien, tout comme les muscles du périnée et les muscles PC (pubo-coccygiens). De ce fait, les sphincters sollicitent les muscles PC et vice-versa.

Pratique de la sodomie et les muscles PC

Les muscles PC se contractent involontairement au moment de l’orgasme. Ce sont eux qui permettent de faire bouger son pénis lorsque celui-ci est en érection ou encore d‘enserrer un pénis avec son vagin pour les femmes.

Pratique de la sodomie et le périnée

Le périnée lui, grâce au travail de ses muscles améliore le niveau de plaisir et d’orgasme. Il joue d’ailleurs un rôle primordial sur la santé du corps tout entier.

Pratique de la sodomie et le canal anal

Concernant le canal anal, il est également composé de ces mêmes tissus et se déploie sur 3 à 5 cm. Pour ce qui est du rectum, il prolonge le canal anal sur une quinzaine de centimètres.

Pratique de la sodomie et le rectum

Le rectum est de forme courbée et celui-ci ne sert que de canal pour faire transiter les selles. C’est le côlon sigmoïde qui se charge de retenir les selles. En ayant une hygiène correcte, l’anus et le rectum restent relativement propres, bien plus que ce que vous pouvez le penser.

L’anus et le rectum contiennent donc des germes, il ne faut donc pas chercher à pénétrer le vagin de votre partenaire après une sodomie ou sous réserve de nettoyage avant. Oui, on est bien loin de l’image des films pornographiques qui nous montrent des allers-retours incessants entre l’anus et le vagin des starlettes du porno.

L’anus est donc extrêmement sensible et celui-ci est susceptible d’être abimé. Si la sodomie est pratiquée correctement, elle n’est ni dangereuse, ni douloureuse.

Pratique de la sodomie et anatomie humaine
  • La note des lecteurs

  • Noté 3.9 stars
    3.9 / 5 (13 )
  • Votre note