Il y a quelque temps de cela sur Twitter, j’ai eu quelques demandes sur le sujet de l’épilation masculine et comment faire pour s’y prendre. Je vous le dis tout de suite, je ne suis pas un expert dans le domaine, ni même un connaisseur. Je vais donc vous indiquer comment je procède pour l’épilation masculine. Même si en réalité, je ne m’épile pas vraiment, mais me rase en partie.

Tout d’abord, l’épilation masculine n’a rien d’étrange. On ne devient pas une femme parce qu’on s’épile. On prend soin de son corps et notamment dans notre cas, de nos zones intimes. Car oui, il y a plusieurs zones qui sont sujettes à l’épilation masculine. Pour commencer, on va parler du matériel.

L’épilation masculine : mon matériel

épilation masculine : mon matériel

Pour ma part, je fais appel à quatre éléments : un rasoir à plusieurs lames, une pince à épiler, un rasoir à barbe et de la mousse à raser. Bien sur, chaque élément à son utilité. Concernant le rasoir, c’est un rasoir de marque, avec lames interchangeables, mais je ne prends que rarement une lame très affûtée par peur de me couper. Pour la mousse, il s’agit de mousse à raser classique, rien de particulier à ce niveau.

Pour ce qui est de mon rasoir, il s’agit d’un rasoir avec trois têtes tournantes qui me sert à me raser la barbe régulièrement, mais c’est le second outil de ce rasoir que j’utilise, une sorte de sabot permettant de raser la barbe en laissant quelques millimètres de poils pour raser la zone du pubis et les fesses. Maintenant que vous savez le matériel que j’utilise, passons au côté pratique.

L’épilation masculine : les opérations

épilation masculine : les opérations

On commence par débroussailler

Quand le moment est arrivé de se faire tout beau, je procède de la manière suivante. Première chose, je prends mon rasoir à barbe et j’utilise le côté sabot pour débroussailler la zone du pubis. Je fais de même avec les poils qui se trouvent à la base de mon sexe. Je rase dans le sens du poil. L’inverse aura tendance à créer des zones d’irritations et à raser quasiment à blanc. Je fais çà debout, sur le carrelage. Les poils coupés tombent ainsi à terre. Une fois l’opération terminée, un coup de balai et c’est terminé.

Les testicules

Ici, seul le pubis sera bien court, mais toute la zone des testicules ne sera pas encore faites. Pour procéder, je fais les choses différemment. En effet, la zone des testicules présente une peau moins tirée et de nombreux plis. La solution la plus évidente est de passer par le rasage complet de la zone. Pas de panique, il n’y a pas grand risque si vous faites attention et de plus, ça ne gratte pas par la suite.

Pour effectuer cette opération, je me retrouve assis dans la douche. Le rasoir d’une main, la bombe de rasage de l’autre. J’étale de la mousse sur l’ensemble de la zone des testicules. Je garde le pommeau de douche non loin de moi pour rincer le rasoir. Et au fur et à mesure que je me rase, je n’hésite pas à appuyer un peu lors du passage des lames. Suivant votre rasoir, il est tout de même difficile de se couper ainsi. Je le fais régulièrement et si vous tirez bien la peau de vos couilles comme on dit, il n’y a pas de risque.

L’utilisation de la pince à épiler

La pince à épiler, c’est surtout pour la fin, lorsqu’il reste quelques poils à retirer qu’on a oublié de couper. Je m’en sers également pour les poils autour des tétons. Je suis quasiment imberbe au niveau du torse, donc c’est le seul endroit où quelques poils apparaissent et dont je me débarrasse à la pince. Il y en a peu et ça se réalise rapidement.

L’anus et les fesses

Puis, à la sortie de la douche, je me sèche et je passe à la zone de l’anus et du périnée. Bon là, c’est plus sportif. Pour réaliser cette partie, j’ai un miroir de poche sur pied. Ce dernier tourne à 360° avec une face classique et une face qui zoom. Je me place accroupi. Légèrement au-dessus du miroir sans pour autant masquer la lumière. Je laisse ainsi la possibilité de voir mon anus. Je fais appel par la suite au sabot de mon rasoir à barbe pour éliminer tous les poils autour de l’anus et de la zone du périnée.

Attention à ne pas vous couper, c’est un peu plus compliqué que les testicules. Si besoin, je redonne un petit coup au niveau du pubis pour finir d’égaliser l’ensemble, puis je prends une dernière douche pour éliminer tous les poils qui seraient resté collé à la peau.

L’épilation masculine : conclusion

épilation masculine : conclusion

Je terminerai avec le rasage des jambes que je ne pratique quasiment jamais. Cependant, j’ai eu l’occasion de le faire lors de mon expérience de ma découverte du monde du travestissement, mais en temps normal, je garde mes poils sur les jambes. Comme indiqué, pas de poils dans le dos ou le torse. Pas de poils dans les oreilles ou le nez. Très peu de poils sur la zone de l’anus et du fessier mais également au niveau des aisselles. Voici mon compte-rendu !

Quand je teste l’épilation masculine ou mon premier rasage des jambes

Je vais vous parler de mon premier rasage des jambes. Le colis est là. Ce fameux colis de mon nouveau partenaire pour ma découverte de l’univers du travestissement. J’ai donc déballé celui-ci, sans savoir exactement ce qu’il y avait dedans. J’avais eu quelques informations de l’expéditeur, mais sans pour autant avoir un visuel des articles. J’étais donc impatient de découvrir à quoi ressemblait ma future tenue. À l’intérieur, un porte-jarretelles, un soutien-gorge, des bas et un raz le cou (pour masquer la pomme d’Adam). Parfait pour bien commencer les choses !

Avant le premier rasage des jambes

Première étape, je m’occupe de faire les photos des produits afin de préparer les prochains tests, je découvre d’un peu plus près, mes nouveaux sous-vêtements, je suis content de mes produits, je sais très bien que je vais réaliser un article intéressant à leur sujet. Mais malheureusement, le travestissement même léger, nécessite de s’y connaître. Actuellement, au moment où je rédige cet article, je n’ai absolument pas cherché d’information sur le domaine. J’ai décidé de me jeter à l’eau, c’est avant tout fait pour çà les nouvelles expériences.

Pour débuter, je ne souhaitais pas attaquer les grands travaux, inutile d’aller aussi loin pour une première tentative. Je n’ai même pas encore enfilé mes nouveaux bas que je suis déjà en train de réfléchir à la suite des événements. Lilou me dit elle-même qu’il faudra que l’on trouve du vernis à ongle et du rouge à lèvres à terme. Mais avant toute chose, il fallait que j’essaye simplement de me faufiler dans mes affaires.

Pour tromper le monde, je me rase les jambes

Devenir une femme, temporairement ou ne serait-ce qu’un peu, ce n’est pas chose aisée. Si je voulais être en mesure de tromper mon monde, il me fallait réfléchir et faire plusieurs efforts physiques pour y parvenir. Ma première mission fut de me raser ! Oui, un premier rasage des jambes. C’est bien connue, les femmes n’ont pas de poils aux pattes ! N’ayant jamais fait cela et me retrouvant seul à l’appartement, il fallait prendre une décision. Bandes de cires froides ou tondeuse ? Vu que mes poils étaient plutôt longs, la meilleure chose à faire était de commencer le débroussaillage ! À l’aide de ma tondeuse à barbe, j’ai pu éliminer une grosse partie sans pour autant raser complètement le poil. C’est bien connu, çà pique quand çà repousse, inutile d’avoir des désagréments par la suite.

Premier rasage des jambes réussit

Après l’opération, mes jambes étaient déjà plus légères, mais pas encore au point ! Direction la douche, armée d’une bombe de mousse à raser et d’un rasoir tout neuf. Oui, car entre-temps, j’avais tenté l’expérience avec des bandes de cires froides et autant vous dire que je ne souhaite pas retenter l’aventure. J’ai utilisé deux bandes et je me suis retrouvé avec mes mollets en feu et des boutons rouges (qui ont disparu après 2 ou 3 jours). Donc, le rasoir était la meilleure alternative pour ce premier rasage des jambes. Après environ deux heures de travail au total, mes jambes sont quasiment dépourvues de ma pilosité, c’est fait, j’ai des jambes de femmes à présent.

J’essaye mes premiers bas

C’est alors que j’enfile pour la première fois mes bas Legs Avenue, mon soutien-gorge, mon porte-jarretelle et mon ras le cou (pour masquer ma pomme d’Adam). Aucun autre artifice, pas de maquillage, pas de manucure, tout çà, c’est pour une prochaine fois. Mon aventure ne fait que commencer. Les premiers clichés commencent à être réalisés, les essais sont stupéfiants, j’ai l’impression de voir une autre personne, une partie de moi prend forme, sûrement ma partie féminine qui prend légèrement le dessus, le temps de cette séance photo. Au final, le résultat est là, j’ai bien trompé mon monde, y compris moi-même !

Conclusion de mon premier rasage des jambes

Comme quoi, le travestissement n’est pas forcément à l’image de ce qu’on s’en fait ! C’est également ce genre d’expérience qu’il reflète. Inutile de chercher à devenir femme, pour ma part, je sais que le simple fait de m’habiller en femme me procure du plaisir. Un plaisir fétichiste avant tout. L’expérience continue, mon aventure se poursuit, mais autant vous le dire, la prochaine étape risque d’être encore plus excitante et intéressante pour moi.

Pour finir, mes séances de rasage sont donc assez rapides et peu contraignantes. J’espère que çà aura répondu à certaines questions que peuvent se poser nos lecteurs. Je ne sais pas si c’est la meilleure façon de procéder, mais en agissant ainsi, je n’ai pas de repousse de poils durs (enfin pas plus) et je n’ai pas d’irritation par la suite, même avec un boxer près du corps.

L'épilation masculine ou comment se raser les poils ?
  • La note des lecteurs

  • Noté 5 stars
    5 / 5 (1 )
  • Votre note