Prends moi ! Je suis là à quatre pattes, complètement offerte à lui. Quelques instants avant de lui offrir entièrement mon cul, je suis devant lui, agenouillée. J’ai sa queue dans ma bouche. L’objet de tous mes désirs, je l’ai tellement attendue… Prends moi !

Prends moi ou le chemin de l’excitation

Depuis ce matin je suis sous pression. Entre stimulation physique et cérébrale, la journée fut très longue, excitante et plaisante !  Il faut dire que sa queue aussi m’attendait. Elle est gonflée de plaisir, dure, saillante et mouillée. Oui, elle n’attend que moi. Je le sais mais, j’aime le constater, j’aime qu’on me le dise.

Oui, dis moi toi aussi que tu ne tiens plus !

Je l’ai tout entière dans ma bouche. Ma langue glisse sur sa tige qui me dis « je te veux ». Mes mouvements sont à la fois maîtrisés et confus. Je l’ai tellement attendue. Je ne tiens plus, je la prends toute entière en moi. Elle remplit ma bouche et j’aime cette sensation. J’aime sentir son plaisir entre mes lèvres ! Je ne tiens plus, je sens ma chatte couler. Il faut qu’il me prenne ! Prends moi !

Je suis de plus en plus excitée

Je ne tiens plus. À quatre pattes, je m’offre toute entière. Ce soir je veux le sentir, je veux qu’il me prenne, qu’il me possède. Je m’offre à lui et je lui offre surtout mon cul. J’ai tenu toute la journée, j’ai le droit à une récompense de taille ! Gourmande, lubrique et très joueuse, je me suis quand même équipée de cet accessoire du tonnerre. Le Lush qui sait stimuler mon point G. J’ai besoin d’être prise de partout. Après un réglage académique des vibrations, il est temps.

Prends moi, je n’en peux plus

Mogwaï entre en moi, timide. Il ne sait pas vraiment à quel point j’ai envie de le sentir. À quel point je le désir. Je ne tiens plus. Je n’écoute plus que mon envie et m’empale sur sa queue surprise mais ravie !

Mon cul absorbe sa queue avec une facilité déconcertante. C’est indécent d’avoir autant envie de lui mais le désir reprend le dessus sur la raison. Je fais des va-et-vient lents et maitrisés mais très vite, ils se transforment en mouvements rapides et forts. Il est un peu déstabilisé par tant d’assurance. Je dois dire qu’il n’est pas habitué à me voir comme ça. Libérée. Il pose une main par là, mais n’ose pas me couper dans cette danse infernale. Mon cul mange littéralement sa queue. Entre va-et-vient vigoureux et doux mouvements circulaires. J’aime à croire qu’il se retient de jouir.

J’aime l’idée qu’il se retienne mais j’aimerai le sentir gicler en moi. C’est assez confus mais, en fait, je crois que je m’en fous ! J’ai tellement envie de sa queue, j’aime tellement cette sensation de remplissage. Je sens ma chatte qui coule, je me branle le clito avec force, je n’en peux plus. Je coule, je savoure, j’aime ça. Putain que j’aime ça. Je le supplie de me faire jouir par le cul. Il s’exécute. Il reprend la main avec des mouvements intenses, forts, violents. Je jouis, je me libère, je savoure, je coule. Il me suit très rapidement dans un long râle libérateur. Je suis comblée et repue.