La Magic Wand ! Célèbre baguette connue dans le monde entier, enfin entre mes mains pour le plaisir de ma partenaire. « Machine à flacouille« , c’est le nom qu’on lui a donné. Et pour être franc, cela faisait un petit moment que nous étions impatients de nous essayer à l’utilisation de ce produit. Curiosité avant tout, c’est lorsque j’ai présenté l’objet à Lilou que la réaction fut immédiate : « mais elle est énorme ! » Effectivement, cette baguette magique est réellement imposante mais elle cache bien des secrets.

Première expérience de la Magic Wand Europe

Évidemment, la première chose qu’elle m’a demandé de faire, c’est de la brancher pour se rendre compte de ses capacités. On allume alors la Magic Wand sur le mode de vibration le plus faible, qu’elle compare immédiatement au mode de variation le plus élevé de son vibromasseur favoris. Plus le bouton « + » était pressé, plus elle hallucinait sur sa vitesse de rotation accompagnée des bruits de rotations ne passant pas inaperçu. Entre ses mains, elle était à même de se rendre compte de sa puissance. Elle devenait de plus en plus curieuse à son sujet.

Alors que le Lelo Ida charge…

Étant donné que nous attendions que le Lelo Ida se charge pour en faire sa première expérience, que vous pouvez d’ailleurs retrouver sur la page de la première expérience du Lelo Ida, nous avons opté pour un petit essai de la Magic Wand pour se mettre en selle. Installé dans le lit, la baguette magique branchée sur secteur et bien en main, je commence à régler celle-ci sur le mode de vibration le plus faible. Puis, je l’approche de l’entrée de son vagin et surtout de son clitoris. Ne voulant pas brusquer les choses, c’est lentement que je dépose la tête de la Magic Wand sur ses lèvres. Ceci afin de l’habituer à la sensation qu’elle provoque.

J’augmente la vitesse

Une fois que je la sens un peu plus habitué, je commence alors à m’en servir un peu plus sur elle, augmentant légèrement la pression contre son vagin, avant de le positionner sur son clitoris. Au début, je voyais que les sensations ressenties par ma partenaire n’étaient pas très engageantes. De ce fait, je lui propose de le prendre en main afin d’être la seule pilote à bord pour le manipuler.

Lilou aux commandes

Une fois entre ses mains, elle le fait glisser sur son clitoris. Tandis que de mon coté, je décide d’attraper du lubrifiant à base d’eau afin de me recouvrir l’ensemble de mes doigts. J’ai pu ainsi me préparer à lui offrir une petite séance avec ces derniers. J’entreprends alors de lui glisser un doigt juste en dessous de la tête de la Magic Wand avant de l’insérer en elle et d’y faire des va-et-vient en rythme. Puis, c’est un second doigt qui fait son entrée, me permettant d’agripper l’os pubien pour lui stimuler son point G. Alors que de son coté, sa main tenait toujours la Magic Wand, ciblant son clitoris.

L’envie d’uriner arrive

Plus je la stimulais, plus les sensations étaient surprenantes pour elle. À tel point, qu’elle me dit qu’elle avait la sensation d’avoir envie d’uriner. Parfait, j’étais à présent sûr que la stimulation de son point G faisait effet. Mais finalement, au cœur de l’action, alors qu’elle avait augmenté l’intensité des vibrations d’un cran, je glissai à l’intérieur d’elle, un troisième doigt. Puis un quatrième, avant de recroqueviller mon pouce dans ma paume pour débuter un fîst vaginal.

Un premier pas vers le fist

Seuls mes doigts étaient pour le moment inséré en elle. Ils effectuaient des mouvements de va-et-vient. Parfois doux, parfois plus bruts, avant de commencer à préparer le terrain pour détendre son vagin. Et ceci dans l’optique d’y insérer plus profondément mon poing. Au fur et à mesure de son excitation et l’augmentation de la vitesse de rotation de la Magic wand, ma main à l’intérieur d’elle fouillait de plus en plus une zone libre pour s’y avancer.

Les jointures des os trapézoïdes étaient déjà rentrés à ma grande surprise à l’aide du lubrifiant que je venais de rajouter sur ma main. Cela m’a permis ainsi, au fur et à mesure de son excitation, de plonger celle-ci quasiment entièrement en elle. Mais la sensation était trop intense pour elle, nécessitant alors de rebrousser chemin pour cette séance. Malgré tous mes efforts pour la faire jouir, ma partenaire n’arrivait pas à obtenir l‘orgasme tant souhaité. Elle m’avoua que son clitoris était complètement anesthésié pour les vibrations de la Magic Wand, nécessitant alors un peu de repos pour que ce dernier retrouve ses sensations.

Retour sur notre expérience du Magic Wand Europe

Par grave me dit-elle ! « C’était très bon ! J’ai adoré ! Tu as réussi à rentrer toute ta main non ? » Je lui répondis que je n’étais pas loin du but. Ce sera l’occasion de retenter l’expérience plus tard. Néanmoins, même Lilou n’a pas joui suite à cette première expérience de la Magic Wand, elle me demanda quelques heures plus tard, si je pouvais lui prêter la baguette magique pour la semaine. Comme quoi, cette Magic Wand doit être sacrément efficace.