Aline Tosca prête parfois sa plume à l’édition La Musardine. Je l’ai découverte par une de ses nouvelles parutions dans les « osez 20 histoires de sexe torride » et j’ai voulu en savoir plus ! C’est ainsi qu’Aline Tosca répond à mes questions!

Interview de Aline Tosca : Auteur de littérature érotique

Lilou : Pourquoi avoir choisi un pseudonyme et pourquoi celui-ci ?

Aline Tosca : Pour être tranquille. Qu’on s’intéresse à ce que j’écris et surtout pas à moi. Pour faire peau neuve. Après, le nom s’est imposé comme une évidence. Aline, pour Alina Reyes dont le roman « Le boucher » m’a montré que la littérature érotique est absolument de la littérature et Tosca, pour la diva et pour le nom donné à la chienne qui a bercé et enchanté l’enfance de la même Alina reyes.

Lilou : Comment vous définiriez vous ?

Aline Tosca : Je suis quelqu’un qui aime le calme. Partant je suis discrète, ce n’est pas une timidité, c’est une sorte de réserve. Mais quand j’aime je m’implique. C’est comme ça aussi pour l’écriture.

Lilou : Pourquoi avez-vous choisi comme voie la littérature érotique ?

Aline Tosca : Parce que c’est ça que j’aime écrire et je ne vais pas m’en priver juste parce que cette littérature est trop mal perçue ou trop à la mode. Parce que » L’homme assis dans le couloir », « L’amant », « Hiroshima mon amour » sont à mon sens des livres érotiques. Mon auteur préféré, Marguerite Duras est aussi un auteur érotique. Et c’est l’auteur qui me marque au-dessus des autres.

Lilou : Comment devient-on écrivain érotique ?

Aline Tosca : Écrivain je ne sais pas. Sans doute en construisant une œuvre. Auteur érotique, comme on devient auteur, en écrivant. Ou en n’écrivant pas mais en ayant l’écriture pour compagne, pour amie. Écrire ce n’est pas obligatoire mais avoir en permanence l’écriture avec soi, ne pas s’en laisser déposséder, ça peut laisser penser qu’on est un auteur.

Lilou : Est-ce que le fait d’être une femme dans ce milieu est avantageux ?

Aline Tosca : Je vois pas en quoi. En tout cas, je sais que pour ma part, ça ne m’a pas servi. J’ai écrit, j’ai proposé, on a dit ok et parfois non. Et j’ai mis longtemps avant de montrer ma tête et mes ongles vernis. Je n’aurais pas aimé un passe-droit. Je suis trop attachée à l’écriture pour envisager un avantage de ce type.

Lilou : J’ai conscience que de trouver un éditeur est assez difficile, comment avez-vous su convaincre « La musardine » ?

Aline Tosca : En étant très attentive aux attentes de la collection Osez 20 histoires. Puisqu’il s’agit de proposer des nouvelles à thèmes. Donc en observant les contraintes, en les acceptant, en ne m’offusquant pas d’un refus à l’occasion, en étant de plus en plus précise. Paradoxalement, mais ce n’est pas un paradoxe, c’est un complément, en restant moi avec ma façon d’écrire. Je n’ai jamais lissé mon écriture et La Musardine ne me l’a jamais demandé, au contraire.

Lilou : Pourquoi avoir choisi cette édition ?

Aline Tosca : Parce que l’ensemble s’est bien accordé. Parce que ça me va l’état d’esprit qui règne à La Musardine, ça me plaît et j’aime aussi le professionnalisme de la  maison. Mais c’est un peu « à la hussarde » de dire que j’ai choisi ! Je crois qu’on se choisit mutuellement, c’est une sorte d’harmonie ou d’harmonisation, d’où le verbe s’accorder.

Lilou : J’ai lu et adoré votre nouvelle « See, sex and Julien » parut dans le « Osez 20 histoires de sexe torride » est ce que vous auriez voulu être cette fameuse MME Blanche? Est-ce que vous l’avez été ?!

Aline Tosca : Mais non. Je ne suis pas Madame Blanche et je ne voudrais pas l’être, je n’ai pas été Madame Blanche. C’est en revanche une histoire vraie qui m’a été racontée par une amie qui avait envie que l’histoire soit écrite. L’histoire me plaisait, je l’ai modifiée bien sûr, c’est ma part d’imaginaire et désormais c’est écrit. Ce que je peux vous dire c’est qu’il s’agit vraiment d’une très belle femme et on pardonne tout à un Julien qui offre à un moment sa jeunesse insolente en cadeau. Ceci dit, je suis touchée que le texte vous ait plu…

Lilou : Comment trouvez-vous votre inspiration ?

Aline Tosca : Comme elle vient. Avec si possible un fond de vrai. Et sinon une bonne dose de réalisme. Et puis l’écriture me permet de jouer avec mes fantasmes. Vraiment j’ai une nature réservée. L’inspiration me fait sortir de cette réserve, aussi.

Lilou : Quel est pour vous le contexte idéal pour écrire ?

Aline Tosca : Y a pas de contexte. Y a un désir impérieux, une nécessité. C’est longtemps dans moi, dans ma tête. Et quand il faut écrire, je le sais. Feuille, stylo, clavier, peu importe et peu importe où, y a rien qui m’empêche.

Lilou : Qu’est-ce que vous avez préféré écrire ?

Aline Tosca : C’est difficile de choisir. L’histoire que je suis en train d’écrire et sûrement la suivante qui sont des romans mais j’ai des tendresses particulières pour des nouvelles. « See, sex and Julien »(dans Osez 20 histoires de sexe torride), « Les Saintes-Maries » (dans Osez 20 histoires d’amour en vacances), « La trace » (à paraître dans Osez 20 histoires de punition) et allez, ne l’oublions pas « Virginie » (dans Osez 20 histoires de sexe entre filles).

Lilou : Qu’est-ce que le mot « sexe » évoque pour vous ?

Aline Tosca : Ce n’est pas un mot supérieur aux autres ou plus important. Mais c’est un mot que j’aime. Il est musical, sensuel. Le sexe, c’est la vie, c’est vivant, ça rend vivant. Quant à la sexualité, on peut s’en passer, en raffoler, l’associer à l’amour, chacun est libre en la matière.

Lilou : Votre blog est une sacrée source d’information ! J’ai remarqué que vous parliez beaucoup des autres serait-ce un trait de caractère ?

Aline Tosca : Mais ça m’intéresse ce que font les autres, je ne suis pas autocentrée. J’ai une nature pleine de curiosité et donc j’aime lire certains auteurs, je les mets en avant parce que ça me fait plaisir de le faire et j’aime aussi parler illustration, photographie, si ça se présente, m’interroger sur des tas de professions qui me semblent passionnantes. Voilà…

Lilou : Y a-t-il une question que vous auriez aimé que je vous pose ? Pouvez-vous y répondre ?

Aline Tosca : Non, y en a pas. En revanche, moi, dans pas longtemps je vais m’intéresser à vous, mais vous le savez déjà. Je vous dis donc à bientôt sur mon blog…

Je voudrais remercier Aline Tosca pour le temps qu’elle nous à consacré et également pour son extrême gentillesse ! Retrouvez là sur son site web !

interview aline tosca

Interview de Aline Tosca : Auteur de littérature érotique
  • La note des lecteurs

  • Noté 5 stars
    5 / 5 (1 )
  • Votre note